Loading...
S’organiser et Gérer

PLAN D’ACTION FINANCIER (2/2)

Un Plan d'action financier. Schéma de mise en relation.

Développer son patrimoine financier, devenir riche, gagner plus d’argent ou chercher à atteindre l’indépendance financière… Tout cela ne peut pas se faire au petit bonheur la chance. Pour réussir, il faut préparer minutieusement le trajet qui sera suivi. Bref, il vous faut un plan d’action financier. Voici donc la suite de la méthode pour créer un plan d’action d’indépendance financière à la fois clair, simple et efficace.

PLAN D’ACTION D’INDÉPENDANCE FINANCIÈRE :

2ème partie : ÉTAPES ET SOUS-OBJECTIFS

Dans la première partie, nous avions vu comment déterminer un objectif qui soit à la fois simple, clair et réaliste. De cet objectif découlait l’établissement d’un plan d’action financier détaillé. Aujourd’hui, nous allons voir la dernière phase de la construction de ce plan. Cette étape nous permettra la mise en place d’actions à la fois concrètes et simples.

Évidemment, si vous ne l’avez pas fait, allez d’abord lire la première partie de l’article : Plan d’action d’indépendance financière (1/2). Tout ce qui suit découle des éléments énoncés en première partie.

Des étapes aux sous-objectifs

Il est possible maintenant d’affiner notre plan d’action financier par le biais de sous-objectifs. Ceux-ci vont s’orienter un peu plus sur les moyens à mettre en œuvre afin de valider les étapes stratégiques. En d’autres termes vous allez pensez un peu plus au « comment » plutôt qu’au « Quoi ». Parallèlement, se sont ses sous-objectifs que vous allez pouvoir planifier temporellement. Et ce en jour(s), en semaine(s), en mois, en année(s) ou encore en termes de « jusqu’à réalisation ».

Le débroussaillage

Pour pouvoir créer des sous-objectifs, il faut commencer à creuser un peu plus sérieusement les sujets de chaque étape. J’appelle ce moment du plan d’action financier la phase de « débroussaillage », le terme illustrant bien le défrichement à accomplir. En effet, cette phase consiste essentiellement en une recherche – sur internet, dans des livres ou même au travers de discussion avec des personnes – sur le thème de l’étape. Attention, il ne s’agit pas pour autant d’effectuer un travail de recherche digne d’une thèse. Non, il suffit de lire quelques articles généraux intéressants (3 à 4 sources différentes par sujet), d’aller voir quelques blogs (selon le même principe), sans se perdre dans la surabondance d’informations. Bref, il s’agit tout simplement de s’intéresser au sujet afin de collecter des expériences, des avis et des pistes. C’est à partir de cette récolte que vos propres idées viendront et qu’elles permettront de créer, assez facilement, des sous-objectifs.

Un exemple

Ainsi, si, par exemple, une étape du plan d’action financier consiste en « générer des revenus passifs mensuel », il est possible de faire des recherches sur tout ce qui concerne les « revenues passifs ». La phase de « débroussaillage » pourrait déboucher sur tout ce qui concerne le « business en ligne » et éventuellement aboutir à placer en sous-objectif « mettre en place un business en ligne »…

Il suffit, maintenant, de reproduire l’opération pour chaque étape du plan et vous obtiendrez, au final, une structure suffisamment étoffée pour savoir où vous allez et comment vous allez y aller.

Pour aller plus loin

Arriver à ce stade, il n’est pas forcement utile d’entrer plus dans les détails. Effectivement, le modèle de plan d’action financier obtenu permet déjà de passer largement à l’action. Mais parfois, il peut être intéressant de préciser encore plus les choses. Cela peut être soit parce qu’on ne connaît pas assez bien un des sous-objectif (après tout mettre en place un « business en ligne », ne résouts pas forcement la question du comment le mettre en place ! ) ; soit parce qu’on souhaite mettre en place une liste d’étapes précises dans le style « recettes de cuisine » avant de passer à l’action.

Pour cela deux moyens s’offrent à vous. Vous pouvez, tout simplement reproduire la même méthode de travail que celle qui vous a amené au sous-objectif. En d’autres termes, chaque sous-objectif devient un objectif général que vous pouvez découper en étapes puis en sous-objectifs.

La deuxième solution, (que j’utilise) consiste en une sorte de « check-list » qui permet d’affiner en détails chaque sous-objectif et ainsi obtenir une sorte de « marche à suivre » : le protocole AFDAO (Sic !).

Le protocole AFDAO

Mais qu’est-ce qui se cache derrière cet acronyme si rébarbatif ? Et bien tout simplement, une petite liste d’étapes du plan d’action financier visant à approfondir chaque objectif. AFDAO signifie tout simplement :

Apprentissage et Formation ;

Décision ;

Action ;

Outil.

En résumé pour chaque sous-objectif je vais, dans un premier temps, me former sur ce qui est en lien avec lui, ce qui me permettra de prendre des décisions sur comment je vais le mettre en place mais aussi sur les actions que je vais accomplir, qui passeront elles-mêmes par des outils spécifiques.

Chaque élément de cette liste n’est pas obligatoire ou peut varier en fonction du sous-objectif. Mais il est toujours utile d’avoir cette « check-list » en tête pour faciliter le passage à l’action. Reprenons-là maintenant point par point :

Apprentissage et Formation

Sans connaissance il est difficile de faire des choix raisonnés, donc inutile de revenir sur son importance. Cela dit, l’idée n’est pas de s’embourber sous les informations. Avec Internet, il est facile de se retrouver avec des dizaines voire des centaines de sources et d’avoir l’impression de ne jamais savoir. L’important n’est pas de tout connaître mais d’en connaître suffisamment pour en tirer sa propre grille de lecture. Essayez de trouver 3 ou 4 bonnes sources sera largement suffisant. Ensuite, tout va dépendre aussi du sous-objectif que vous avez. S’il s’agit d’investir en bourse, plusieurs mois de formation seront sans doute nécessaire. S’il s’agit de monter un blog sous WordPress quelques heures suffiront amplement.

Décision

Les choix vont dépendre des connaissances que l’on a dans un domaine. Les décisions vont déterminer les stratégies que l’on va mettre en œuvre, les actions que l’on va accomplir et les outils que l’on va utiliser. La phase de décision est donc le moment où l’on choisit ce que l’on va faire dans les deux étapes suivantes.

Action

Elle se comprend d’elle-même. C’est le moment où vous allez appliquer ce que vous avez décidé. Ce passage à l’acte se fait en connaissance de cause car il dépend, évidemment, des deux étapes antérieures, mais se place dans une stratégie globale représentée par l’ensemble de votre plan.

Outil

C’est le moyen que vous allez utiliser pour passer à l’action. Si cette dernière était « je vais épargner 50 € par mois », l’outil pourrait être un livret bancaire sur lequel vous allez placer cet argent. L’apprentissage et la formation vous permettront, évidemment, de choisir les bons outils.

À vous d’établir votre plan d’action financier

N’oubliez pas que votre plan d’action financier n’est lui-même qu’un outil, une aide. Il peut donc évoluer, changer et être modifié. Il est d’ailleurs important qu’il conserve cette malléabilité. Pensez « pâte à modeler » plutôt que « briques ». Vous pouvez ainsi donner à votre modèle la forme que vous désirez mais également la modifier radicalement ou la changer par petite touche.

L’objectif de cet outil est aussi de vous permettre d’avancer méthodiquement, pas à pas. Mais à vous d’en choisir le niveau de détail. Certains se contenteront des grandes étapes, quand d’autres auront besoin d’une liste très détaillée. Mais ATTENTION : le plan d’action financier n’est pas une fin en soi, c’est une aide ! Alors ne vous perdez pas dans la construction de votre trajet et … commencez le voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une
Le crédit. Une maison miniature sur une calculette.
L'argent ne fait pas le bonheur... Mais bon quand même. Cochon-tirelire portant des lunettes noires
C'est quoi l'argent ? Des billets sur une corde à linge.
Photo by Maarten van den Heuvel on Unsplash/ Crédit, prêt et investissement, des pièces sur un échiquier
Un panneau de direction indiquant la pause. Une incitation à la procrastination.