Loading...
Life-Hacking

PRIVATISATION AÉROPORT DE PARIS : LE POUR ET LE CONTRE

privatisation aéroport de paris. Un avion de ligne.

« Pour ou contre : privatisation aéroport de paris » ? Peut-être avez-vous entendu ce type de question récemment. Et peut-être considérez-vous que cela ne vous concerne pas vraiment. Pourtant, répondre à cette question peut avoir une énorme influence sur votre avenir qu’il soit personnel mais surtout financier. Car oui, faire en sorte qu’il y ait un referendum sur la privatisation d’ADP jouera sur votre argent, votre compte en banque et votre futur. Dévoilons le mystère ensemble…

PRIVATISATION AEROPORT DE PARIS : LE POUR ET LE CONTRE

La « privatisation aéroport de paris » vous semble – peut-être – être un sujet bien éloigné de vos préoccupations actuelles. En fait, il est plus important que vous ne le pensez. Car, oui, tout le monde est concerné et ce quel que soit sa situation sociale. En effet la privatisation d’ADP propose un enjeu bien plus grand que le simple avenir d’un aéroport. Ce choix politique contre-productif a un impact direct sur les fondements de la démocratie et, par ce biais, à la fois sur votre avenir en tant que citoyen, mais également sur votre avenir financier ! Vous ne me croyez pas ? Et bien repensez à la privatisation des autoroutes et aux augmentations de tarifs (plus de 25%) qui ont suivi et qui font que vous pestez dès que vous passez un péage ! Pourtant il existe encore un moyen d’empêcher cette privatisation de l’aéroport de Paris, même si le délai et de l’ordre de quelques mois. Une consultation publique est actuellement possible par le biais d’un referendum. Mais d’un point de vue légal il faut avant tout réunir des signatures de près de 4 millions de Français pour que ce referendum ait bien lieu. Mais avant cela voyons comment privatisation, aéroport de Paris, démocratie et notre avenir financier sont reliés…



Privatisation ADP explications

Depuis l’annonce faite par le gouvernement suite à la Loi Pacte adoptée le 11 avril dernier, tous le monde se pose cette question « La privatisation aéroport de paris pourquoi ? ».

Historiquement, le Groupe ADP est une société française, numéro un mondial de la gestion aéroportuaire, qui gère l’exploitation des aéroports de Paris et de sa région, dont Paris-Orly, Paris-Charles-de-Gaulle et Paris-Le Bourget. Même s’il s’agit avant tout d’une société privée, l’État français reste l’actionnaire majoritaire du groupe.

Economiquement, le groupe se porte plutôt bien, avec un chiffre d’affaire de 4,47 milliards d’Euros en 2018, et un bénéfice net de 610 millions d’Euros par an ! Le groupe ADP est en outre le premier propriétaire foncier d’Ile-de-France, possède des parts de nombreux aéroports internationaux et dispose même d’une filiale de téléphonie mobile. Il s’agit donc d’une société pérenne et qui rapporte beaucoup d’argent à l’État.

Pourtant, depuis décembre 2017, le gouvernement français a entamé une procédure de privatisation des aéroports de Paris sous la supervision de… la Bank of America !!!

La décision entraine immédiatement une polémique car le coût de la privatisation pour l’État Français sera supérieur aux bénéfices attendus. Il est à noter que c’est le même système qui avait déjà été épinglé par la Cour des comptes au sujet de la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac réalisé en 2014 par Emmanuel Macron alors Ministre de l’économie ! Opération qui est, à ce jour un fiasco complet !

Bref, la décision semble contraire à toute logique !

Privatisation ADP arguments

Du côté du gouvernement, on nous raconte que « non, il ne s’agit pas d’une privatisation » car l’Etat conservera 20 % des parts et puisque, dans 70 ans, l’aéroport de Paris reviendra dans le giron de ce même état. Par ailleurs, ce ne serait pas non plus « le rôle de l’État de gérer des compagnies aériennes, ni de gérer des boutiques ou des hôtels qui représentent une grande partie du chiffre d’affaire de l’aéroport de Paris » (Bruno Lemaire 28/02/2019) et ce dernier de rajouter « le rôle de l’État c’est de protéger les intérêts stratégiques des français ».

Et justement c’est l’un des (nombreux) points sur lequel le bas blesse, car ADP fait transiter plus de 21, 3 millions de passager et a sous sa responsabilité plus de 80 % du trafic aérien en provenance de l’étranger. En d’autres termes, le groupe ADP contrôle la principale frontière de notre pays. Si ça ce n’est pas un intérêt stratégique des français, il faudra qu’on m’explique ce qui l’est alors !

Alors pourquoi privatiser l’aéroport de paris ? Peut-être pour un intérêt économique, dans ce cas ? Actuellement en privatisant ADP, mais également la Française des Jeux et Engie, l’État français espère se financer à auteur de 300 millions d’Euros par an. Pas mal, me direz vous ? Oui, sauf que ces sociétés rapportent chaque année plus de 800 millions d’Euros à l’État !!! Donc, en les vendant le gouvernement va perdre, chaque année, de l’argent, et pas qu’un peu !

Mais attendez, ce n’est pas fini. Car le même gouvernement qui compte brader un bien national rapportant beaucoup, mais alors beaucoup d’argent, considère que les actuels actionnaires minoritaires risquent de voir diminuer la valeur du bien dans lequel ils ont investis. De ce fait, l’État pourrait avoir à verser plus d’un milliard d’Euros d’indemnités aux susdits actionnaires. Là on croit rêver !

En d’autres termes ; l’État va donc payer pour vendre son bien ! Et quand on parle d’État, n’oubliez pas que le financement de ce même Etat se fait par… les contribuables, c’est à dire nous tous.

Enfin, cerise sur le gâteau : si la concession est récupérée par l’État dans 70 ans comme cela a été annoncé, il est également prévu que ce même État soit obligé de racheter les actifs lui appartenant ! Ul est donc clair qu’il ne s’agit plus ici d’assurer des intérêts économique au pays lui-même.

Oui mais alors pourquoi faire cela ? Un élément de réponse vient peut être du fait que c’est la Bank of America qui devrait superviser la vente. Or c’est Bernard Mourad qui a été nommé « responsable de l’activité Corporate and Investment Banking » (Banque d’affaires et d’investissement) de la division française de Bank of America Merill Lynch.

Et qui est donc Bernard Mourad, me direz-vous ? Rien de moins que l’ancien conseiller, et ami, d’Emmanuel Macron !!!

En d’autres termes, nous nous retrouvons dans une situation où la vente de biens nationaux semble avant tout permettre d’enrichir un certain nombres de personnes et non « de protéger les intérêts stratégiques des français ».

Privatisation aéroport de paris conséquences

Mais alors qu’elles peuvent être les conséquences de la privatisation de l’aéroport de Paris ? En plus de faire perdre de l’argent à chaque contribuable, bien sur !

Celles-ci sont multiples. D’abord, du point de vue global en fonction de qui en deviendra propriétaire cela revient à laisser la gestion d’une frontière à une société privée. Et ce type d’erreur, même les Etats-Unis, pourtant beaucoup plus enclin à tout privatiser, ne le font pas.

Ensuite, c’est la hausse certaine des tarifs des billets mais aussi des tarifs de gestion aéroportuaire. Par conséquent c’est aussi la fragilisation et la mise en danger de société comme Air France ou KLM. A terme, ces hausses pourraient entrainer également leur faillite et donc possiblement la mise au chômage de leurs employés.

En terme de service, cela peut entrainer la disparition de lignes jugées « non rentable » au profit de ligne « plus rentable » mais moins utile. C’est d’ailleurs le cas qui se pose avec l’aéroport de Nice qui, depuis sa privatisation à vue la mise en place de vol reliant directement la ville à la Chine. L’afflux massif de touristes chinois augmentant sensiblement les tarifs des billets mais également du cout de la vie global pour toute la région.

Dernier point, et pas des moindres : avec cette vente, comme nous l’avons vue l’État risque de débourser plusieurs milliards d’Euros qui lui manqueront donc à un moment ou à un autre. Et à qui croyez-vous qu’on va demander de faire un effort ? Oui : vous, moi, bref l’ensemble de la population. Et soyez-en sur : moins d’argent dans les caisses de l’Etat signifie un service public qui se dégrade de plus en plus, moins d’aides ou de prestations sociales et bien sur des nouvelles reformes puisque bien évidemment on pourra alors vous dire « vous avez vue, le système public basé sur la notion de solidarité ne fonctionne pas, alors privatisons un peu plus ». C’est donc le niveau de vie moyen de l’ensemble de la population qui sera touché.

Et pour ceux qui considéreraient que je noircis le tableau, posez-vous donc la question : a quoi s’attaque le gouvernement aujourd’hui ? Et bien oui, l’assurance- chômage et le régime des retraites…

Privatisation aéroport de paris referendum

Pour autant il existe un moyen pour bloquer le projet du gouvernement. En effet, même si ce même gouvernement a adopté la loi Pacte qui prévoit, notamment la vente du groupe aéroport de Paris, à un exploitant privée pour une durée de 70 ans, en mai dernier le Conseil Constitutionnel à offert la possibilité d’un referendum d’initiative partagé.

Cette mesure a été mise en place sous la présidence de Nicola Sarkozy mais avec de telles contraintes qu’elle est désormais considérée comme un simple outil d’annonce médiatique. En effet, le cumul de conditions à remplir et tel qu’il est facile de comprendre que le mécanisme mis en place est conçu pour s’assurer que le référendum n’aboutisse en aucun cas.

Pourtant et contre toute attente, en mai dernier plus de 200 députés de droite comme de gauche ont signé un appel contre le processus de vente des aéroports parisien et du groupe ADP. La première étape du processus venait d’être franchis.

La seconde étape fut ensuite validé par le Conseil Constitutionnel qui a jugé que la proposition était conforme à la demande de referendum d’initiative partagé.

Maintenant, il s’agit d’obtenir la signature de plus de 10 % du corps électoral, c’est à dire toute les personnes inscrites sur les listes électorales et pouvant donc voter. Car oui, c’est maintenant à la population d’agir et de signer contre la privatisation d’ADP afin d’entrainer la possibilité que le choix soit fait par voie de referendum !

Pour cela, il vous suffit de vous rendre sur la page permettant de signer directement en ligne : Proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris.

Alors qu’attendez-vous ? Ca vous prendra moins d’une minute.

Soutenir le referendum ADP

Depuis quelques années, et surtout depuis quelques mois on voit surgir un petit peu partout une demande, de la part de la population visant à obtenir une participation plus active sur les décisions prises par nos gouvernants. Et ce d’autant plus que tout le monde se rend bien compte que les hommes et femmes politiques sont de plus en plus déconnectés des demandes réelles des populations, trop occupés qu’ils sont à faire avancer leurs objectifs carriéristes personnels.

A cela s’ajoute le fait que, cette même classe politique, verrouille de plus en plus le système afin de limiter les interventions citoyennes possibles. Le tout dans une logique qui voudrait que les gens soient trop stupide pour comprendre les décisions prises à leur place.

Sauf qu’à voir vers quoi ces mêmes dirigeants nous mènent, entre les problèmes économiques, sociaux et la destruction de la planète, ont peut légitimement se poser des questions sur le niveau de leur intelligence !

Dans ce cadre, soutenir le referendum ADP c’est avant tout soutenir le referendum d’initiative partagé et donc la possibilité d’intervenir plus directement sur les décisions qui sont prises, sans nous consulter mais en notre nom.

Non a la privatisation aéroport de paris

Dire NON à cette « privatisation aéroport de paris »  par le biais d’une demande de referendum, c’est défendre les derniers bastions de démocratie qui nous restent actuellement. Parce qu’en effet, le véritable combat se situe là : la protection d’une certaine démocratie. Par ce que si vous pensez que nous sommes toujours dans un pays ou le peuple à encore une forme de souveraineté… vous vous trompez lourdement !

La Démocratie en question

Démocratie étymologie

Etymologiquement, le terme de « Démocratie » vient du grec demokratia, lui même combinaison de « dèmos » qui signifie « territoire » mais également « peuple » et de « kratein », c’est à dire « commander ». Et comme ; en plus le terme « dèmos » provient, lui même, de daiesthai que l’on peut traduire par « partager », la démocratie est donc le partage d’un territoire qui est commandé par un peuple.

Abraham Lincoln popularisera d’ailleurs sa définition à travers la formule : la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Force est de constater que l’on s’est fortement éloigné de ce modèle.

Les principes de la démocratie

Mais en tout cas, les voilà dévoilés les fondements de la démocraties ! C’est la possibilités pour l’ensemble de la population d’avoir une action directe sur les prises de décisions politiques. Ce qui n’est absolument pas le cas actuellement. Au contraire, la classe politique met en place un ensemble d’éléments qui empêchent complètement les populations de s’exprimer en quoi que se soit. Et on le voit concrètement avec le système des élections : actuellement les électeurs votent avant tout CONTRE des candidats qu’ils ne souhaitent pas plutôt que POUR des candidats qu’ils veulent.

Les représentants ainsi placés au pouvoir n’ont en fait aucune légitimité pour occuper les postes dans lesquels ils se retrouvent élus. Et si vous pensez que le système de « démocratie représentative » est le moins pire des systèmes… vous vous trompez complètement.

En effet, il existe bel et bien des systèmes alternatifs d’élections beaucoup plus impartial et beaucoup plus juste. A ce propos allez donc voir cette video sur la reforme de l’élection présidentielle. Mais nos actuels dirigeants n’ont aucun intérêt à établir ce type d’élection, tant il risquerait d’être remplacé facilement par d’autres types de candidats.

De ce fait un referendum d’initiative partagé, comme celui qui est demandé pour la decision de privatisation aéroport de paris (et qui aurait du déjà se faire pour des décisions comme celle de la privatisation française des jeux ) ou mieux la mise en place quasi systématique d’un referendum d’initiative populaire (comme demandé par les Gilets Jaunes) représentent bien des solutions alternatives permettant d’éviter que les principes mêmes de la Démocratie ne soient bafoués.

Aéroport de Paris, démocratie, referendum et consultation publique

Le referendum ADP peut être un moyen d’entamer ce retour démocratique. En effet, on voit peu à peu la mise en place d’une exclusion complète des citoyens de la sphère publique et politique. Les électeurs, les citoyens, les populations finissent par ne plus représenter que les spectateurs du grand spectacle dans lesquelles se mettent en scène les tenants du pouvoir.

Or, comme on l’a vue avec le mouvement des gilets jaunes, il existe un réel élan et une véritable volonté pour les citoyens de participer de façon pro-active à la sphère décisionnelle politique… surtout devant l’échec des représentants même du pouvoir.

Le referendum sur la privatisation d’ADP peut être un moyen de redonner un pouvoir effectif aux citoyens face à la demande de soumission exercée par les hommes politiques.

Pourquoi ne pas saisir cette chance, et ainsi redécouvrir ce qu’est la verticalement la société civile ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une
Qu'est ce que le revenu ? Une pile de monnaie couverte de terreau avec une plante qui pousse.
Organisation personnelle. Une main traçant une architecture sur un tableau noir.
Besoin et envie. Un gâteau remplit de fruits confits.
Comment vendre ces cadeaux de Noël. Un tas de cadeaux.
Faire un dossier de surendettement : un dossier ouvert avec une calculatrice dessus.