Loading...
Se renflouer

10 ASTUCES POUR FAIRE BAISSER SON LOYER

Faire baisser son loyer. One maison dans une lande alors que la nuit tombe.

Vous trouvez que votre loyer est trop cher ? Qu’il pèse trop lourd dans votre budget ? Même si c’est loin d’être évident, il est possible de faire baisser son loyer… dans certaines conditions. Effectivement, dans la gestion des dépenses, le loyer est un domaine auquel on ne pense pas forcement. Pourtant c’est aussi une part du budget sur lequel on peut faire de grosses économies. Alors voyons…

… COMMENT AVOIR UN LOGEMENT MOINS CHER

Le loyer est sans doute la part la plus importante d’un budget. Mais lorsqu’on pense à économiser de l’argent, on oublie facilement le volet logement. Rien d’étonnant, puisqu’il s’agit d’une charge fixe dont l’utilisation ne fera pas varier le montant. En d’autres termes : si votre consommation d ‘énergie a un impact sur votre facture électricité, moins utiliser son logement ( !) ne joue pas sur le montant de votre loyer. Pourtant faire baisser son loyer est possible… sous certaines conditions, certes, mais qui ne sont pas à négliger, au regard de l’argent que l’on peut récupérer. Pour ce faire, nous ferons d’abord un petit tour d’horizon de la question du logement en France, avant de voir 10 méthodes pour avoir un logement moins cher.

Le loyer en France

L’INSEE a publié récemment une étude portant sur le Parc des logements en France . On y apprend ainsi que la France compte, en janvier 2018, 36,3 millions de logements. La part des ménages locataires de leur résidence principale se maintient aux alentours de 40 %. Par ailleurs, selon une autre étude relayée par le Figaro, en France, le loyer moyen était, en 2016, de 628 € par mois. La surface moyenne était, quand à elle de 42 m². Un article du Monde.fr, « 1968-2018, comment la France a changé en cinquante ans » nous indique cependant que, sur cette période, le nombre de personnes de chaque ménage a diminué alors que dans le même temps la surface des maisons a augmenté.

Nous voilà rassuré ! :-)

L’intérêt de ces différentes études est de permettre à chacun de se situer, par rapport à son propre logement. Evidemment, le montant du loyer variera énormément en fonction de la situation géographique. Pour autant, comparer ce dernier avec sa propre surface habitable, donne une idée assez précise de son propre cas. Paie t-on un loyer trop important ? Sommes nous en dessous de la surface moyenne pour le même montant ? Autant de question auxquelles ces études pourront répondre.

Ceci fait attaquons nous aux différentes méthodes permettant de faire baisser son loyer.



1 – Les aides au logement, Apl, Alf, Als

Si vous avez des revenus modestes, le moyen le plus simple de faire baisser son loyer est d’obtenir, tout simplement, une des aides au logement versée par la CAF. Même si les différents gouvernement les amputent un peu plus chaque année et qu’il faut faire très attention dès que vous avez un changement de situation, elles sont un véritable souffle d’air pour tout foyer au budget serré.

Il existe trois types d’aides au logement :

– L’Apl, pour Aide Personnalisée au Logement. Elle est destinée à toute personne locataire d’un logement neuf ou ancien à partir du moment ou celui-ci à fait l’objet d’une convention entre le propriétaire et l’État. Il est à noter que si vous remboursez un prêts pour l’acquisition d’un bien immobilier, vous pouvez, sous certaines conditions bénéficier de ce dispositif !

L’Alf, pour Allocation de logement à caractère Familial. Elle concerne les personnes qui ne rentrent pas dans le dispositifs de l’APL et qui : soit ont des enfants ou des personnes à charges, soit forment un ménage mariés depuis moins de 5 ans et avant leur 40 ans.

– Als, pour Allocation de logement à caractère Social. Ce dispositif concerne tout ceux qui ne rentrent ni dans le cadre de l’Apl, ni dans celui de l’Alf.

Les aides tiennent compte de différents éléments : le montant du loyer, le lieu de résidence et, bien évidemment les revenus du foyer. Pour savoir si vous avez accès à l’un de ces dispositifs, contactez directement la CAF dont vous dépendez ou rendez-vous sur le site : Caf.fr.

ATTENTION : il y a souvent des décalages entre la situation actuelle d’un allocataire et celle qui sert de référencer à la CAF. Donc, lors d’un changement de situation, si vous constatez que la CAF ne modifie pas les aides versées, METTEZ-LES DE COTÉ ! Il est fort à parier qu’elle vous les réclamera par la suite sous la forme d’un trop perçu. Ensuite suivez les recommandations de l’AADAC (Association d’Aides et de Défense face aux Abus de la Caf)

2 – Voir plus petit !

Les dépenses liées au logement sont les plus importantes dans le budget d’un foyer. Faire le choix de trouver un logement plus économique est donc un moyen de faire baisser son loyer. Peut-être est-il temps pour vous de réfléchir à un déménagement et de voir plus « petit », c’est à dire avec un loyer plus bas. Il peut s’agir alors de choisir un logement avec une surface plus réduite et, normalement, moins coûteuse. Ou encore de s’excentrer par rapport à son lieu de travail. A vous de voir si un changement de localité, par exemple, entraine bien une économie sur le coût du logement.

N’oubliez pas de prendre en compte le coût des transports supplémentaires. De même, un déménagement coûte de l’argent. Calculez bien l’amortissement de ces frais par rapport aux économies faites sur le loyer.

En tout cas, même si c’est un peu extrême, déménager reste une solution à envisager pour obtenir un logement moins cher !

3 – Voir plus grand ?

Car oui, déménager vers un logement avec une surface plus importante peut être également une solution. Si vous avez lu l’article « Être pauvre ça coûte cher » (Et si vous ne l’avez pas lu… allez-y ! ) vous savez que plus la superficie augmente et plus le prix du m² diminue. Autrement dit, plus votre logement est grand et moins le loyer augmente proportionnellement.

De ce fait, si vous vivez seul et que vous décidez de vous installer avec votre conjoint – en supposant que vous partagez tous les frais – en prenant un logement plus grand, votre loyer individuel baissera. Et vous bénéficierez, dans le même temps, d’une meilleur qualité de vie !

Ce qui nous amène d’ailleurs naturellement à…

4 – … la colocation !

C’est un peu le même principe mais avec éventuellement plus de personnes avec qui diviser le loyer. Les avantages de la colocation sont donc multiples. Vous bénéficiez de superficie vraiment plus grande (j’ai connu un cas où 4 personnes se partageaient une location de villa avec piscine !). Et le loyer peut être plus qu’attractif (jusqu’à représenter moins de 10 % de votre budget !!!). Un bon moyen donc pour faire baisser son loyer.

L’inconvénient majeur reste le fait que la personnalité de vos co-locataires aura un impact direct sur votre qualité de vie. Pour vous donner un exemple extrême, trois personnes que je connaissais avaient pris un grand appartement ensemble. Mais aucun des trois n’était doué pour le ménage (même un minimum) ou pour descendre les poubelles. En quelques semaines l’appartement est devenu un véritable taudis…

Autre inconvénient, si l’un des co-locataires décide de s’en aller, il vous faudra soit trouver rapidement quelqu’un d’autre… soit avoir une augmentation substantielle du coût de votre logement.

5 – Comparer les prix

Comparer les prix de location commence, bien sur, par analyser les loyers d’un lieu géographique. Alors, lorsque commence à germer l’idée d’un déménagement, c’est le moment de lancer vos investigations. Regardez les annonces dans les journaux gratuits, consultez celles de site internet et, si vous êtes sur place, faites du lèche-vitrine d’agences immobilières. Tout ceci afin d’avoir une bonne idée des prix.

Et lorsque vous vous mettez en chasse votre nouveau futur logement, n’hésitez pas à comparer les prix entre ce que vous avez visité et ceux dont vous avez repéré les annonces. Lorsque vous négociez avec un agent immobilier ou un propriétaire, il vous dira immanquablement, que vous ne trouverez pas au prix qui vous intéresse. Vous aurez donc des exemples à l’appui. N’hésitez pas non plus à prendre votre temps : plutôt que de vous précipitez sur la première annonce venue, optez avant tout pour le logement qui correspond à vos critères. Le délai de préavis en vue d’un déménagement est, normalement, de trois mois. Si l’on veut vraiment faire baisser son loyer ces trois mois doivent être utilisé pour les recherches. Diminuer son loyer demande de la patience et de la persévérance, mais les gains peuvent être importants !

6 – Une agence est-elle vraiment utile ?

Même si elles présentent certains avantages, le fait de passer par une agence immobilière ajoute systématiquement des frais supplémentaires. De plus, il sera très difficile, voir impossible de négocier le loyer au travers des agents immobiliers. Chercher une location directement via un propriétaire, vous permettra donc :

– de négocier le loyer. Car oui, c’est possible !

– d’éviter les frais d’agences.

Un bon moyen de diminuer le coût total d’un nouveau logement.

7 – Faire baisser son loyer par le propriétaire

Qui ne tente rien, n’a rien. Il est donc toujours possible de faire une demande auprès de votre propriétaire d’une baisse du loyer ou d’une non-revalorisation de celui-ci. Après tout, si vous êtes un locataire sans problème, le propriétaire pourrait tout à fait accepter de revoir le loyer à la baisse, plutôt que de risquer de vous voir quitter le logement.

N’oubliez pas qu’un logement vide peut signifier un temps de latence avant d’avoir de nouveaux locataires et donc un manque à gagner pour le propriétaire… surtout s’il rembourse encore son crédit ! Pour faire baisser son loyer envoyez lui une lettre recommandé en expliquant les raisons de votre demande : problèmes financiers, difficultés, ou baisse des loyers des logements de même type de votre lieu de résidence… si vous les avez constaté, bien sur !

Pour la non-revalorisation, c’est pareil. La revalorisation d’un loyer n’est pas une obligation pour un propriétaire. Il peut ou non l’appliquer. Elle peut se faire une fois par an et ne peut pas dépasser l’Indice de Référence des Loyers (IRL). De nombreux propriétaires ne l’appliquent pas, préférant ainsi avoir des loyers légèrement plus bas et conserver leurs locataires. Si, par contre le votre l’applique, une demande de non-revalorisation du loyer peut tout à fait avoir un résultat positif.

Pour en savoir plus, je vous invite à vous rendre sur le site « Immobilier-Danger » qui est particulièrement bien fait concernant toute ces questions.

8 – Faire baisser son loyer par le propriétaire, encore !

Il existe des cas de figures ou vous pouvez demander directement une diminution du loyer de votre logement.

Celle-ci peut se faire essentiellement en cas de problème « d’indécence » (par exemple un appartement envahit par l’humidité), d’insalubrité ou encore de travaux réalisés par le propriétaire dans le logement. En fait chaque situation est un cas particulier. Mais globalement, à partir du moment ou des éléments ne sont plus en corrélation avec votre bail, il est possible de demander une réduction du loyer. Celle-ci perdurera jusqu’à mise en conformité du logement.

Pour les démarches à entreprendre en cas de travaux, je vous conseille de vous rendre sur le site « Droit du Bail ».

Pour les questions d’indécence d’un logement vous pouvez consulter le décret du 30 janvier 2002. Pour l’insalubrité le site Service-Public.fr. Mais il est à noter que si votre logement est déclaré « insalubre », les loyer sont immédiatement stoppés.

9 – Échanger un logement contre un service

Le site ToitChezMoi propose une formule un peu particulière : mettre en relation des propriétaires qui ont des chambres ou des logements à proposer en échanges de services. Ces derniers peuvent être de type apprentissage (aides au devoirs, cours de musique, de langue, etc) de service au quotidien (baby-sitting, courses, ménage, etc) mais aussi des travaux d’entretiens, des réparations, etc.

En cas de très gros problèmes financiers, ou si vous êtes étudiant cette solution peut éventuellement dépanner. Après tout quel meilleur moyen de faire baisser son loyer que de ne pas en avoir !

10 – Un vrai logement gratuit ?

En dernier recours, il vous reste la possibilité d’être hébergé à titre gratuit. Que se soit par la famille ou par des proches, propriétaire comme locataire ont le droit d’héberger à titre gratuit. Un propriétaire ne peut d’ailleurs pas s’opposer à ce que son locataire héberge gracieusement d’autres personnes… tant qu’aucune question d’argent n’apparaisse dans la relation, auquel cas cela reviendrait à de la sous-location qui n’entre pas dans le même cadre. Cependant les personnes hébergées ont le droit de participer à certains frais (électricité ou l’eau par exemple) sans que cela remette en cause la relation.

Aucun bail n’est nécessaire pour effectuer de l’hébergement à titre gratuit. Il s’agit donc d’une formule relativement flexible. Par contre, pour la taxe d’habitation, les revenus des personnes hébergés sont pris en compte dans les revenus composant le foyer. Quand aux propriétaires hébergeant des parents dans le besoin, ils peuvent déduire de leurs revenus imposables les loyers qu’ils auraient du percevoir dans le cadre d’une location.

En définitive…

faire baisser son loyer est complexe mais possible. Tout dépend de sa situation personnelle et professionnelle ainsi que des projets que l’on peut avoir. Pourtant, la plupart du temps ce qui bloque est en réalité le rapport entre le locataire et le propriétaire. En effet, un locataire aura souvent l’impression qu’il est à la merci du propriétaire. Or ce n’est pas (toujours) le cas. N’oubliez pas qu’un propriétaire à besoin d’un locataire pour que son investissement soit rentable. Il préférera toujours négocier avec des locataires « sans problèmes » (payant leur loyer, ne dégradant pas les lieux, les entretenant, etc) que de prendre le risque d’avoir de nouveaux occupant moins respectueux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une
Faire des économies sans changer son mode de vie. Une pile de pièces de monnaie sur un tas de billets de banque.
Plan d'actions d’indépendance financière. Carnet avec une mind-map.
Devenir riche c'est quoi pour vous ? Pingouin sur une plage dans une boite de sardine.
Économiser c'est idiot ? Une tirelire-cochon percée dont un flot de monnaie s’échappe.
Visage d'un homme dans nuage de fumée bleue. Prêt, crédit, dette, surendettement, des mots qui font peur.