Loading...
Gagner plus

GAGNER PLUS : L’IMPORTANCE DU TRAVAIL !

L'importance du travail. Quel travail faire ? Un personnage lego anxieux devant un bureau.

Lorsqu’on cherche à atteindre l’indépendance financière, on le fait souvent pour deux raisons : 1) gagner plus et avoir plus d’argent pour vivre mieux ; 2 ) Ne plus avoir besoin de travailler, ou plutôt d’avoir un emploi. Et souvent on cherche quel travail faire pour atteindre ces objectifs. Ce qui nous amène, naturellement à l’importance du travail, salarié ou pas, pour obtenir sa réussite…

POURQUOI TRAVAILLE T’ON ?

L’IMPORTANCE DE L’EMPLOI POUR ATTEINDRE L’INDÉPENDANCE FINANCIÈRE

Peut-être faites-vous partie de ces gens qui se demandent « comment quitter son boulot » parce qu’ils en ont marre de travailler, parce que leur emploi les rend malheureux ou malade. Peut-être vous posez-vous cette question « mais en fait pourquoi on travaille ? »  et pourquoi, dans nos sociétés, il y a une telle importance du travail pour l’individu. Sans doute, dans le même temps, êtes-vous en train de chercher des solutions pour gagner de l’argent sans avoir à travailler avec l’espoir de pouvoir, enfin, quitter votre emploi et profiter de la vie. Vous voulez sortir de cette course effrénée du « métro-boulot-dodo » et vous vous êtes donné pour objectif d’atteindre l’indépendance financière. Et puisque vous avez commencez à mettre en place des stratégies pour ça, pourquoi ne pas le faire là, maintenant, tout de suite ?

Sachez que ce n’est pas la bonne solution. En effet, on mésestime souvent l’importance du travail dans la construction de sa liberté financière. Quitter votre emploi prématurément risquerai même de ruiner l’ensemble des efforts que vous avez accompli. Alors avant de voir à quel moment vous pourrez – enfin ! – flanquer votre démission à votre patron, attardons-nous d’abord sur pourquoi le travail est important (pendant un moment du moins) dans l’élaboration de votre parcours vers la richesse financière. Nous verrons ensuite comment le transformer en allié et éventuellement quel travail faire pour qu’il ne soit plus une contrainte. Enfin, nous déterminerons à quel moment vous pourrez, éventuellement, quitter votre job.



Emploi, boulot, job, taf, travail étymologie et définition

D’abord, mettons nous d’accord : emploi, boulot, job, taf, sont des mots très différents qui servent à designer l’importance du travail dans nos sociétés. Sauf qu’on peut s’y perdre car ils mélangent deux notions qui ne recoupent pas exactement la même chose.

Avant tout savez-vous quel est le premier sens du mot travail ? Le terme « travail » semble venir du latin Tripalium, un instrument de torture constitué de trois pieux. Comme quoi, la travail avais déjà mauvaise réputation durant l’antiquité romaine. Mais, grâce au miracle de l’étymologie, quand le travail fait mal, nous saurons maintenant pourquoi !

Puisqu’on parle d’antiquité romaine, il est intéressant de noter que contrairement à ce que l’on peut penser, les « esclaves » appelés servus (que l’on peut d’ailleurs plus traduire par « serviteur », que par « esclave ») étaient, pour la plupart d’entre eux payés par le maître qui les employait. Sachant cela, je vous laisse méditer sur la notion de « salariat » de nos sociétés moderne…

Mais en réalité, dans le sens commun lorsqu’on parle de « travail », on pense plutôt à l’emploi. En effet, la définition du terme « travail » est beaucoup plus large que celle « d’emploi ». Par exemple ; pour Bernard Gazier dans son ouvrage « Économie du travail et de l’emploi ».

« Le travail est une activité humaine visant à créer, produire, entretenir, des biens ou des services. […] Il s’agit d’un ensemble d’actions finalisés, c’est à dire soumise à un but,, entraînant une dépense d’énergie physique et mentale que l’on peut opposer au jeu , activité effectué pour elle-même. »

En d’autres termes, à la question «  qu’est ce que le travail », on pourrait répondre de façon humoristique : « toute activité »… Pour cette raison lorsqu’on pense à l’importance du travail dans la vie des gens, il faudrait plutôt penser à l’ importance d’avoir un emploi ! Ce dernier pouvant être défini comme un contrat, passé entre deux parties, un employeur et un salarié, pour la réalisation d’un travail contre une rémunération.

Ce qui nous amène à une distinction fondamentale entre travail libre et travail subordonné qui nous intéresse beaucoup plus.

Le travail subordonné correspond au fait que l’on ne décide pas, soi même à quoi sert notre travail ou plutôt notre force de travail. Il y a donc quelqu’un d’autre qui va décider, pour vous, à quoi doit servir votre travail ! C’est globalement la situation que chacun peut vivre dans le cadre d’un emploi salarié.

Le travail libre, est bien évidemment l’exacte contraire, c’est à dire qu’il s’agit d’une activité ou VOUS décidez par vous même à quoi va servir votre travail. C’est toute l’a différence entre fabriquer des meubles soi-même et pour chez soi, et les fabriquer pour Ikea !

En fait,cette distinction a été réalisé, notamment, par Gael Tanguy et Franck Lepage au cours d’une conférence intitulé, tout simplement « Le travail » que je vous invite d’ailleurs à aller voir. En attendant, la compréhension de la différence entre travail libre et travail subordonné est fondamentale pour saisir l’enjeu de toute les négociations entre salariat et patronat et (cerise sur le gâteau) de savoir pourquoi vous n’aimez pas travailler !

Quel est l’importance du travail  pour l’indépendance financière?

Ainsi, ce qui vous dérange le plus dans le travail – et qui me dérange aussi, rassurez-vous ! – c’est le fait que vous n’êtes absolument pas libre ni de la raison pour laquelle vous travaillez, ni de ce à quoi peut servir votre travail et encore moins de ce à quoi VOUS pouvez être utile.

Cependant il y a une différence, en France, entre la façon dont on perçoit le travail de manière générale, c’est-à-dire pour la société, et la façon dont on le vie chaque jour soi-même. Globalement nous avons vision globale plutôt positive, mais pour nos propres cas de figure, nous le vivons beaucoup plus mal.

De ce fait, si vous cherchez des conseils sur l’indépendance financière, on vous expliquera parfois qu’il faut couper les ponts avec votre ancienne vie, quitter votre job puis monter votre propre activité ou investir massivement dans l’immobilier ou la bourse. Honnêtement, c’est l’erreur à ne surtout pas commettre.

Si vous avez un travail, même s’il ne rapporte pas beaucoup, même s’il ne vous plaît pas, même si votre patron est un gros … CONSERVEZ VOTRE EMPLOI ! En effet, il ne s’agit pas de savoir quel est, ici l’importance du travail pour l’homme mais bien d’ avoir du boulot et ainsi éviter les problèmes entre emploi et chômage et les risques inhérent à une situation sans travail.

Si vous n’avez aucune sécurité, aucun plan de secours si vos projets de fonctionnent pas ou mettent du temps à démarrer, vous irez droit dans le mur. Un travail va vous permettre au minimum :

D’avoir une sécurité financière minimale. Donc d’assurer le quotidien sans crainte du lendemain. Dans le pire des cas, vous aurez toujours ça pour vivre.

D’avoir des entrées d’argent régulières. C’est sur ces entrées d’argent que vous pourrez assurer le premier pilier de l’indépendance financière : l’épargne

D’obtenir des possibilités de crédit pour de l’investissement immobilier. C’est en effet le montant de votre salaire qui va jouer sur le montant de l’emprunt possible pour actionner le levier immobilier et acquérir des biens.

Pour toutes ces raisons, même si vous détestez votre emploi, gardez-le ! Mais le conserver ne veut pas dire que vous le conserverez toute votre vie. Cela veut juste dire qu’il sera votre garde-fou, votre filet de sécurité PENDANT que vous montez vos projets !

Quand le travail rend malade

Mais, il est des cas de figure où le travail est une véritable souffrance. Il vous bouffe véritablement la vie, vous angoisse et peut même amener certains aux pires extrémités. Cependant, si vous avez un projet bien construit ou même en pleine construction, vous pouvez vous en servir comme soutien moral et même vous raccrocher à lui.

Je sais que c’est loin d’être évident, mais je peux vous assurer, pour l’avoir vécu personnellement, que c’est possible. Une fois la journée de boulot terminée plutôt que de ressasser tout ce que vous avez subit, attelez-vous à la tâche, VOTRE tâche. Dites-vous que c’est justement ce travail (libre cette fois-ci) supplémentaire qui va vous permettre de quitter le travail subordonné dans lequel vous êtes. Alors accrochez-vous à ça… autant que c’est possible !

Et quand le travail devient une souffrance , mais alors une vrai souffrance, dans ce cas là envisagez sérieusement de partir quitte à passer par la case Pole emploi et chômage. Dans ce cas là, vous pouvez également chercher quel travail faire en remplacement de l’actuel…

Quel travail faire pour gagner plus ?

L’importance du travail étant démontré, on peut se poser la question de quel travail faire pour gagner plus, ou pour améliorer votre situation d’emploi. Mais attention, l’idée n’est pas de vous donner des pistes pour un boulot qui soit forcément valorisant pour vous. Non, l’objectif est d’envisager les possibilités qui s’offrent pour avoir un revenu qui vous permette d’assurer le quotidien, vous laissant ainsi la capacité de vous consacrer à travailler à votre indépendance financière. Il s’agit donc d’une solution temporaire !

1 – Revenu, salaire et travail

Commençons par faire une liste des moyens, autour de l’emploi, qui vous permettront de toucher un revenu. Ici, il y a quatre pistes à envisager en fonction de votre situation personnelle, de la pire à la moins pire :

  1. Les aides sociales comme le RSA . Si vous êtes dans un cas de figure où vous n’avez plus de revenu, c’est l’une des première aides que vous pouvez envisager. A partir de là, d’autres types d’aides, en fonction de vos revenus, pourront, plus ou moins, se cumuler, vous permettant de parer au plus pressé. NE LES NÉGLIGEZ PAS !
  2. L’assurance chômage. N’oubliez pas que, contrairement à ce qu’avancent certains politiques, les allocations chômage sont un droit ! Lorsque vous travaillez vous cotisez en partie pour cette assurance chômage. Alors, oui, parfois on râle lorsqu’on voie tout ce qui est enlevé sur notre salaire en terme de cotisation. Mais justement tout cet argent est, normalement, rassemblé dans une sorte de pot commun qui sert à vous prévenir de certains risques de la vie, comme le chômage par exemple. Et pour mieux comprendre ça, je vous renvoi (encore une fois) ) à la conférence du Pavé de Gael Tanguy et Franck Lepage : « Le travail ».
  3. Si vous ne parvenez pas à trouver un job fixe, l’emploi temporaire est une vraie solution. Même si les conditions des saisonniers, des intérimaires et de l’intermittence se sont énormément dégradées au fil des différents gouvernements, « l’interim » peut vous permettre d’alterner période de travail et période de chômage. Certes cela ne fait pas rêver, mais vous pourrez utiliser les périodes de non-travail pour avancer sur vos propres projets. Et c’est d’autant plus vrai, si vous comptez devenir indépendant.
  4. L’emploi stable (évidemment). Pendant la période où vous êtes encore dans votre ancien emploi, qu’est ce qui vous empêche de faire des recherches pour travailler ailleurs ? Bizarrement, la plupart des gens n’envisagent même pas cette option. Certains, malgré tout ce qu’ils subissent dans leur taf, préfèrent rester fidèle à la structure dans laquelle ils travaillent. Mais à votre avis, cette dernière sera elle aussi fidèle lorsqu’il faudra licensier du monde ?

2 – Quel travail faire pour choisir un nouvel emploi ?

L’importance du travail salarié amène souvent les gens à prendre le critère du salaire comme élément principal de leur choix. Pour autant, et ce vraiment l’indicateur à privilégier ?

Tout va dépendre de votre situation et de votre objectif personnel. Si votre projet, qu’il soit financier, immobilier ou entrepreneurial, se place sur du court terme, alors, effectivement le montant du revenu peut être votre seul et unique critère. Ici, on se trouve en gros dans une stratégie de « gagner le plus possible en moins de temps possible au détriment des contraintes ».

Par exemple, si vous décidez d’activer le pilier de l’investissement immobilier, le montant maximal du prêt que les organismes de credit vous octroieront dépendra, globalement, d’un ratio entre : votre charge principale (en général votre loyer) et le montant de l’ensemble de vos revenus imposables. Dans ce cadre, il peut être bon d’opter pour le plus gros salaire possible afin de pouvoir avoir la capacité de credit la plus importante possible.

Si, au contraire, votre objectif ou votre projet se situe sur du moyen ou long terme, alors il vous faut adopter une vision plus globale et ne pas tout baser sur le montant de votre salaire. Un cadre de travail agréable, des équipes avec lesquels vous vous entendez bien, des temps de trajet entre votre domicile et votre lieu de travail court, la possibilité d’utiliser les transports en commun pour vous rendre au boulot… sont autant d’éléments qui peuvent vous permettre de faire un choix.

N’oubliez pas, afin d’éviter que le travail devienne pour vous une souffrance, sur le long terme il vaut mieux privilégier les facteurs de « confort » plutôt que le montant au bas de votre fiche de paie. L’importance du travail dans votre vie fait que pour savoir quel travail faire vous devez tenir compte de l’ensemble des éléments annexes qui auront, en réalité, l’impact le plus important alors que s’additionneront les mois et les années !

Et là aussi, si un travail ne vous convient pas pour ces raisons, continuer un temps tout en cherchant ailleurs ! Si vous n’arrivez pas à trouver exactement l’emploi qui correspond à ce que vous voulez faire, cherche ce qui s’en rapproche le plus.

De l’avantage de passer des entretiens d’embauche pour des postes différents de vos compétences ! Si vous en avez la possibilité et que vous trouvez des postes qui correspondent à peu près à ce que vous cherchez, n’hésitez pas à passer des entretiens d’embauche. Même si vous avez déjà un emploi. D’abord, cela vous permettra de vous faire la main pour le jour ou vous chercherez réellement un autre emploi. D’autre part, passez l’entretien en vous disant que de toute façon vous allez dire « non » car vous avez déjà un travail, vous permettra d’être très détendu et éventuellement d’avoir de bonnes surprises. Imaginez la tête d’un recruteur lorsque vous lui direz, après avoir eu plus d’information sur le poste, que finalement, il ne vous intéresse pas ! Il est tout à fait possible qu’on vous rappelle, par la suite pour quelque chose qui soit bien plus proche de ce que vous recherchez.

Et ensuite… quand quitter son boulot ?

Au final, en fonction de votre situation et des projets que vous souhaitez développer deux possibilités s’offrent à vous : se jeter à l’eau ou avancer pas à pas.

Évidemment se jeter à l’eau, c’est à dire quitter son emploi immédiatement puis travailler directement sur ses projets à l’avantage de vous fournir la motivation nécessaire pour réussir. Vous déploierez donc toute l’énergie nécessaire pour atteindre vos objectifs et votre réussite arrivera beaucoup plus vite… si vous réussissez ! Car en effet, dans ce cas là, vous avez une obligation de réussite et aucun droit à l’erreur, pas de marge de manœuvre, ce qui risque de vous mener directement à la catastrophe. De plus il n’est pas dit que moralement vous puissiez supporter autant de pression. Pour autant, certain y arrivent alors pourquoi pas vous ? Ce n’est cependant pas la solution que je vous conseil.

La méthode la plus sure est bien de monter vos projets en même temps que vous conservez votre emploi. Ce dernier vous assurant une sécurité primordiale. De plus, cela vous permettra de prendre le temps qu’il faut pour développer votre projet. Dans ce casn pas d’urgence, faites les choses pas à pas, construisez une brique (solide) après une autre brique (solide).

De plus, avec la « méthode lente » vous pourrez également vous permettre de n’avoir, au départ, que des petits gains qui grossiront peu à peu. Et c’est justement cet élément qui vous permettra de savoir à quel moment quitter votre emploi ! Et cela, non pas sur un coup de tête, non pas parce que vous en avez marre mais avant tout parce que vos résultats arriverons au seuil financier que vous vous êtes fixés vous-même. A ce moment là vous pourrez regardez en arrière et voir l’importance du travail… VOTRE propre travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une
Gérer son budget familial. Une enveloppe.
cadeaux de Noël pas cher. Des cadeaux sous un sapin.
Un internet gratuit pour gagner de l’argent. Ordinateurs et smartphones allumés.
Trouver de l'argent. Une mosaïque de billets.
Le dossier de surendettement, pourquoi et comment ?