Loading...
Investissements

COMMENT BIEN INVESTIR : 3 FACTEURS CLEFS

Comment bien investir. Des billets de banque plantés dans la terre/

Pour comprendre comment bien investir, 3 facteurs sont essentiels à gérer : l’ horizon d’investissement, le risque de placement et le rendement. Ce trio forme une sorte de tronc commun à manipuler pour bien investir. En effet, la compréhension de ces trois éléments est indispensable pour obtenir une stratégie d’investissement de qualité et perenne.

HORIZON D’INVESTISSEMENT – RISQUE DE PLACEMENT – RENDEMENT UN TRIO D’ENFER

Débuter en investissement consiste souvent en un acte de copie de ce que font les autres. Même si la duplication fait partie des étapes de sa propre intelligence financière, cette stratégie trouve rapidement ses limites. La question d’origine du « comment investir » fait alors place à un raisonnement un peu plus profond sur le comment bien investir ? Or s’il existe des dizaines et des dizaines de méthodes, tactiques et stratégies possibles, elles s’appuient fondamentalement toutes sur trois facteurs clefs. Oui, seulement trois : Horizon d’investissement ; Risque de placement et Rendement. Comprendre et maîtriser ces trois éléments vous permettra de faire mieux que 99 % des personnes qui se contentent de faire confiance à leur banquier pour gérer leur argent. Dans cet article nous allons donc voir chacun de ces trois concepts pour comprendre ce qu’ils représentent et ce qu’ils impliquent. A partir de là nous verrons comment bien placer son argent en les manipulant. Enfin, je vous donnerai quelques petits conseils tournant autour de ces fondamentaux pour vous apprendre comment investir son argent et faire du profit.

Allez… on démarre !



Comment bien investir

Nous visons une période où les opportunités et les possibilités d’investissement n’ont jamais été aussi nombreuses. Mais dans le même temps, peu de personnes tentent de se construire un patrimoine ! Pour quelle raison ? Parce qu’on ne leur a jamais appris à gérer leur argent et encore moins à placer leur argent. En d’autre termes à part ceux qui s’y intéresse, personne ne sait vraiment comment bien investir.

Et si vous commencez à prendre vos finances en main, c’est presque encore pire : immobilier, bourse, cryptomonnaie, fonds d’investissements, produits dérivés…. Bref, vous commencez à vous perdre dans une jungle de produits financiers qui semblent fait pour des prix Nobel d’économie !

Au final quelques-uns vont s’accrocher et la plupart des autres vont laisser tomber… Et c’est bien normal car en cherchant à comprendre directement tout ça, ils ne vont que se noyer au milieu d’un ensemble d’informations qui mélangent stratégies, outils financiers, mécanismes économique et concepts.

Mais laissez-moi vous annoncer une bonne nouvelle : vous n’avez pas besoin de TOUT comprendre !

En matière d’argent, la culture financière consiste à connaître les outils qu’on utilise. Et plus vous les connaitrez, plus vous serez efficace. Mais dans le même temps, l’intelligence financière et votre capacité à trier et utiliser les principes fondamentaux qui vous permettront de mettre en place facilement une stratégie et donc de savoir ce que vous faites !

Et les trois facteurs que sont l’horizon d’investissement, le niveau de risque financier et le rendement de l’investissement entrent parfaitement dans ce cadre. Pourquoi ? D’une part parce qu’ils sont la base de n’importe quelle stratégie et d’autre part parce qu’ils sont transposables dans n’importe quel domaine d’investissement et même plus !!!

Vous désirez développer un patrimoine immobilier ? Temporalité d’investissement, gestion du risque et rendement en sont les trois notions fondamentales. Vous voulez vous créer un portefeuille boursier ? Là encore vous aurez besoin d’un horizon d’investissement, d’une analyse des risques et d’informations sur le rendement. Vous vous lancez dans les cryptomonnaies : temps, risques, rendement. Vous construisez une épargne perenne : à nouveau les 3 même facteurs. Et même dans le cas d’un crédit vous en aurez besoin.

Alors quelque soit votre objectif financier, aujourd’hui concentrez-vous sur ces trois concepts et laissez tomber tout le reste !

Comment bien placer son argent : l’horizon d’investissement

Le temps est à la foi la denrée la plus importante et la plus rare que vous possédez. La plus importante car, à l’échelle de l’univers, elle est quasiment infinie, ne dépense aucune énergie et n’en demande aucune pour la consommer. Et la plus rare parce qu’à l’échelle d’une vie, nous n’en possédons pas tant que ça. Pour cette raison, mieux vaut la maximiser.

En tenant compte de ces facteurs, la question de savoir comment bien investir devient ainsi crucial, notamment en fonction de votre âge et de la durée d’effort à consentir avant d’atteindre vos objectifs. La question de la temporalité d’investissement se place donc au coeur de n’importe quel type d’investissement.

Qu’ est ce que l horizon de placement ?

Mais revenons à la base, l’horizon d’investissement (ou l’horizon de placement, son synonyme) est, à la fois la durée réelle pendant laquelle on va conserver son investissement mais aussi la durée pendant laquelle on souhaite conserver son investissement. Il y a donc bien une dimension stratégique à notre horizon de placement. Cette durée aura un impact assez fort sur le risque qui va être pris. C’est pourquoi degrés de risques et horizon d’investissement vont de paires. Globalement, plus la temporalité d’un investissement est longue et plus on dilue le risque. Mais attention, ce n’est qu’un principe qui ne se vérifie pas toujours.

L’horizon d’investissement est souvent exprimé dans une durée relative et non en temporalité réelle (année, mois, semaines, etc). En effet, chaque type de placement possède sa propre temporalité. Ainsi, notre horizon de placement est souvent exprimé en « court terme », « moyen terme » ou « long terme ». Mais il est évident que le « court terme » en bourse n’a pas la même durée que le « court terme » pour un placement immobilier. Dans le cas du trading, par exemple, c’est à dire l’achat puis la revente de titre cotés sur le marché boursier, il sera mesuré en heures ou en jours – voire même en minutes ou secondes par des robots courtiers –  ! Dans le même temps, en immobilier, il sera de l’ordre de quelques mois à deux ans maximum. Comme vous le constatez à durée relative semblable ne correspond pas forcement la même durée réelle.

Les types d’horizon d’investissement

Il existe donc trois grandes périodes d’investissement, chacune ayant des avantages et des inconvénients :

– Le court terme. C’est donc la période la plus courte que l’on puisse avoir sur un investissement. Le court terme à souvent pour objectif d’avoir un gain rapide, voir extrêmement rapide. Cependant il est souvent lié à une prise de risque beaucoup plus importante car l’investisseur devient dépendant du moindre évènement survenant sur son marché d’investissement. En parallèle il est énormément chronophage car il demande une présence et une attention quasi-permanente du marché sur lequel vous investissez pour ne pas rater une opportunité. Il demande donc, également, une culture et une intelligence financière beaucoup plus importante.

– Le moyen terme. Produisant beaucoup moins de tension et de stress psychologique que le premier, l’investissement à moyen terme demande, cependant, une préparation en amont assez importante. En effet, l’horizon d’investissement sur le moyen terme sera souvent fortement lié aux différentes conjonctures à la fois politiques ou économiques. Dit autrement, la moindre crise ou fluctuation sur votre marché d’investissement aura une influence sur la rentabilité de votre placement.

– Le long terme. Cet horizon de placement est celui qui, le plus souvent, dilue le mieux les risques en lissant les fluctuations des marchés sur lesquels vous investissez. Parallèlement c’est aussi celui qui demande le moins d’énergie pour sa gestion. Cependant, il demande en général aussi de gros efforts au départ. De plus, et très logiquement, les résultats sont bien souvent visibles après un long moment. Si vous avez subitement besoin de liquidités et que vous êtes obligé de puiser dans vos investissements à long terme, alors vous annulerez les gains potentiels.

Bien évidemment, rien ne vous empêche de mettre en place des investissements sur plusieurs horizons de placement. Au contraire, se sera même un élément crucial pour obtenir un patrimoine financier équilibré et pérenne. Et ce sera encore plus vrai si vous couplez ces horizons de placement avec plusieurs niveaux de risques.

Comment bien investir : Risque de placement

Car oui, si vous voulez réaliser des profits, il va falloir tenir compte des risques lorsque vous allez investir. Le risque financier c’est la raison pour laquelle vous allez obtenir un gain sur un investissement. En d’autres termes, lorsque vous investissez, ce qui vous est payé en retour, c’est votre prise de risque.

Cela vous paraît étrange ? Et pourtant c’est un mécanisme qui s’applique dans beaucoup de moment de votre vie. Pensez par exemple aux assurances (voiture, logement ou autre) que vous avez. Chaque mois vous payez pour un service qui potentiellement ne vous arrivera pas. Mais en cas de pépin, les dépenses occasionnées seront prises en charge par votre compagnie d’assurance. Ainsi, vous rémunérez bien votre compagnie d’assurance pour le risque qu’elle prend des pertes financières qu’elle aura si il vous arrive la situation pour laquelle vous êtes assuré. En bien dans le domaine de l’investissement, c’est un peu la même chose.

D’ailleurs, lorsqu’on investit il existe un principe très simple que l’on peut résumer comme ceci : plus le risque est grand et plus les gains sont importants.

Et lorsqu’on parle de « risque » il s’agit bien de perdre la totalité ou une partie de l’argent que vous avez investit. C’est pour cette raison que, si vous ne voulez pas prendre le risque de perdre de l’argent… n’investissez pas ! C’est d’ailleurs l’un des principes de base de l’investissement : ne pas investir l’argent dont on pourrait avoir besoin. Ne pas appliquer ce conseil basique c’est prendre le risque de multiplier les conséquences en cas de pertes.

Dans la même veine, sachez aussi que le risque 0 n’existe pas en investissement. Donc lorsqu’on vous propose des produits financiers ou des « techniques » à fortes rentabilités mais avec un très faible risque de placement, méfiez-vous ! Soit c’est une arnaque, soit il y a quelque chose que l’on ne vous dit pas.

Comme pour l’horizon d’investissement, il est possible d’établir une échelle à trois niveaux des risques liés à l’investissement. Lorsqu’on cherche comment bien investir, il faut donc tenir compte dans sa stratégie de ce niveau de risque de placement :

Le niveau de risque faible. Les risques sont ici les plus bas que l’on puisse trouver. Ils peuvent même être quasi nulle car le placement est sans doute garantie par l’organisme financier qui le propose. En contrepartie, le rendement ou les gains seront très faibles. Le meilleur exemple que l’on puisse donner est le Livret A. Votre capital (la somme que vous déposez) est garantie et ne peut donc pas baisser mais vous ne toucherez que 0,5 % de gains.

Le niveau de risque moyen. Dans cette catégorie on va trouver des produits financiers où le capital est garantie sous certaines conditions. La perte de capital et garantie mais potentiellement peu probable. Certains produits d’assurance-vie propose ces options de risque médian, comme le risque de perte en capital seulement si le CAC 40 passe en dessous d’un certain seuil à un moment donné. En retour les gains possibles dépendent souvent de conditions particulières.

Le niveau de risque important. On va trouver ici les actifs où vous pouvez perdre une partie ou la totalité de votre capital investit mais également les plus gros gains. L’argent investit est soumis à un ensemble de facteurs qui le rend extrêmement volatile. Ces fluctuations permanentes et difficiles à prévoir sont la cause de la perte du capital. D’où l’importance de savoir exactement ce que l’on fait et de se construire une vrai culture financière en amont.

Il serait possible d’ajouter une catégorie de « risque très important » car il existe des produits financiers avec des fonctionnements particuliers pouvant, entre autres, multiplier vos gains mais donc également vos pertes. Personnellement, à ce niveau là moi j’appelle ça « la roulette Russe ».

Comme pour l’ horizon d’investissement , il est possible de construire une stratégie patrimoniale comportant des outils financiers avec des risques d’investissement à plusieurs niveaux. Cette segmentation est ainsi en soi un facteur de gestion du risque car elle permet de sécuriser une partie des capitaux investit. Il est même possible d’établir des stratégies à tiroirs ou, par exemple, sur un capital investit dans des outils à risques forts, les gains réalisés sont déviés vers des produits à plus faibles risques permettant ainsi de sécuriser les gains réalisés.

Comme nous l’avons vue, le risque de placement est fortement lié à la temporalité de vos placements. Mais, dans le même temps il est aussi fortement corrélé au troisième facteur clef pour bien investir : le rendement.

Comment investir son argent et faire du profit : Rendement des investissements

Le rendement est, en général, l’objectif pour lequel on réalise des investissements. On serait tenté de penser que c’est, globalement, l’argent que vous allez obtenir… sauf que ce n’est pas exactement ça.

Une définition du rendement

Le rendement, au sens strict du terme est le résultat obtenu, par rapport à une unité de référence, après une action, l’application d’un procédé ou un processus avec l’idée que ce résultat sera plus ou moins performant par rapport à la situation de départ !!!

Bon d’accord, dis comme ça, ça ne clarifie rien. Alors simplifions cette définition en disant que le rendement est une forme de mesure de la performance. Dans le domaine financier il est souvent mesuré par le biais d’un ratio financier : le retour sur investissement, qui est lui même appelé parfois… rendement, taux de rendement, taux de profit ou rentabilité du capital investit.

En d’autres termes, il ne s’agit pas simplement de l’argent que vous gagnez sur votre investissement mais du rapport entre la somme que vous avez investit et la somme que vous avez gagnez.

Comment calculer le rendement de son épargne ?

Le rendement est souvent exprimée par un pourcentage. En soi, le calcul est très simple. Il suffit de diviser le revenu obtenu par un investissement par le capital qui a été utilisé dans cet investissement.

Rendement = (Revenu / Capital investit) X 100

Ainsi, si vous investissez 150 000 € (le capital) et que cela vous en rapporte 7 000 par an (le Revenu), votre taux de rendement est de 4,6 %.

Donc en soi rien de bien compliqué. Sauf que… et bien il existe différents types de rendement. Chacun prenant en compte divers aspects d’une situation :

Le rendement brut. Il permet de déterminer le revenu brut que peut obtenir un investisseur mais pas ce que va encaisser réellement l’investisseur. Par exemple en immobilier, le rendement brut ne tiendra pas compte du remboursement du crédit, des frais occasionnés par le logement, etc.

Le rendement net. Plus réaliste, il va permettre de calculer ce que gagne réellement l’investisseur. Pour cela, il convient de soustraire l’ensemble des charges et le montant des impôts.

Le rendement réel. Savoir ce que l’on se met dans la poche c’est bien, connaître la valeur de ce qu’on a dans la poche, c’est mieux ! Le rendement réel consiste à calculer, à partir du rendement net (donc de ce qui entre réellement dans votre poche) la valeur de l’argent gagné. Il faut donc y soustraire le taux de l’inflation lui-même, ce qui vous permettra de calculer si le rendement que vous avez vous permet de gagner de la valeur et pas d’en perdre.

Un exemple de rendement

Pour bien comprendre la différence entre ces trois types de rendement et de ce qu’ils impliquent en terme de stratégie, prenons un exemple simple.

Imaginons un placement de 100 000 € qui vous rapporte 2 500 € par an. Selon notre formule de base, le taux de rendement est donc de 2,5 %. Comme nous n’avons encore enlevé ni charges ni taux d’imposition, nous avons donc ici notre rendement brut.

Pour trouver notre rendement net, il va nous falloir déduire l’ensemble des frais occasionnées par cet investissement. Admettons que chaque année il y est 375 € de frais, soit 15 % de notre rendement brut (375 / 2500 X 100). De ce fait nous allons soustraire 15 % à nos 2,5 % ce qui nous donne un rendement net de 2,12 % (2,125 pour être précis).

Enfin, pour obtenir notre rendement réel, il nous faudra encore déduire le niveau de l’inflation à ce chiffre. Si celle-ci est de l’ordre de 1,09 %, notre rendement ne sera alors plus que de 2,10 %. Le montant est ici positif et notre rendement gagne en valeur par rapport à l’inflation.

Si le montant en avait été négatif (par exemple dans le cas d’une hyperinflation, comme ce fut le cas récemment au Venezuela) dans ce cas il y aurait une perte de la valeur de l’investissement du fait que le rendement de celui-ci ne pourrait contre-balancer le niveau de l’inflation.

Comment bien placer son argent

Afin de créer un patrimoine financier à la fois équilibré et pérenne vous ne pouvez pas ne pas tenir compte de ces trois facteurs. Ils sont la base sur laquelle vous allez pouvoir établir une stratégie financière permettant d’atténuer au maximum les incertitudes. Comme cela a été dit plus haut, savoir comment bien investir est avant tout un arbitrage entre les différents éléments composant l’ensemble de vos investissements plus que l’accumulation d’actifs.

Dans la mesure du possible, c’est donc l’équilibre entre ces différents facteurs qui va vous permettre d’obtenir une certaine sécurité sur l’ensemble de vos investissements. L’idéal étant de posséder des actifs correspondant à chacun des ensembles de facteur. Cependant il est évident que cette tactique n’est pas toujours possible… et pas forcément cohérente non plus en fonction de vos objectifs.

Dans ce cadre, il est toutefois possible de déterminer votre « fil conducteur » d’investissement en partant de nos trois notions clefs. Commencez par déterminer votre horizon d’investissement personnel, c’est à dire la limite temporelle dans laquelle vous souhaiteriez atteindre vos objectifs. A partir de là, pensez au niveau de risque de placement que vous êtes prêt à accepter. Ensuite il est fort probable que le rendement découlera de vos deux autres choix.

A partir de là il est possible de déterminer (globalement) le type d’investissement vers lequel vous pouvez vous orienter :

– Si votre horizon de placement est long et que vous ne voulez pas prendre de risques, dans ce cas seul les produits d’épargne classique satisferont votre stratégie. Cependant le rendement en sera forcément faible.

– Avec un horizon de placement à moyen ou à court terme et une prise de risque élevé pour chercher des gains maximums c’est la bourse et notamment le trading qui sera, peut-être, adapté pour vous.

– Cependant si vous êtes prêt à prendre des risques mais que votre horizon de placement sera plus longue, vous serez également sur des actifs financiers boursiers mais avec une stratégie orientée dividendes ou valeur.

– Si votre temporalité d’investissement reste longue mais avec des risques moyens, alors c’est l’immobilier locatif – qui pourra devenir votre cheval de bataille. Les gains seront certes inférieurs à la bourse mais conséquents surtout… si vous multipliez les investissements de ce type.

– Par contre si vous désirez passer sur du court terme avec des rendements plus élevés, l’achat puis la revente de biens immobiliers peut être une possibilité pour vous.

Evidemment, ces propositions ne sont pas forcément à suivre au pied de la lettre, mais ne sont là que pour vous aider à faire des choix. Savoir comment bien investir ne peut pas se limiter à suivre une « check-list » pré-établit par d’autres. Mieux vaut bien comprendre l’importance de notions essentielles afin, ensuite, de pouvoir les manipuler au sein de sa propre stratégie. Dans ce cadre votre durée d’investissement (votre horizon d’investissement) , l’argent que vous êtes prêt éventuellement à perdre (le risque de placement) et le niveau de gains que vous escomptez (votre rendement), sont des facteurs clefs à la bonne gestion de vos actifs financiers et de votre patrimoine.

Cet article vous a intéressé, plu ou apporté des éléments de compréhension ? Alors n’hésitez pas à le dire dans les commentaires. De même si vous avez des précisions à apporter ou des suggestions, partagez-les ci-dessous afin que tous les lecteurs puissent en profiter.

4 comments
  1. Le Trader du Dimanche

    Bonjour,

    Pour ma part, je multiplie les sources de revenus : vente de formation en ligne, investissement dans des actions à dividendes, immobilier locatif…etc

    Je pense qu’il faut essayer au maximum de rendre ces revenus passif afin de dégager du temps et diversifier le risque.

    Une personne qui était investit uniquement sur les actions ces derniers mois/années s’est pris un sacré bouillon depuis quelques semaines. la morale, c’est qu’il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier.

    Bonne soirée

    1. 123...Richesse

      Tout à fait d’accord. L’allocation d’actifs est primordiale pour lisser les risques. Dans l’absolue, il faut effectivement se positionner sur différent levier d’enrichissement (bourse, immobilier, etc) mais également diversifier au sein de ces derniers.Même si le risque zéro n’existe pas les contrecoups d’une situation économique qui se dégradent (comme c’est le cas en ce moment) seront moins violent.

  2. parlonsargent.fr

    Bonjour,

    Je trouve que le plus compliqué concernant l’investissement est d’analyser la situation personnelle et les objectifs avec précisions.

    Une personne souhaitant placer son argent à long terme n’aura pas du tout la même stratégie qu’une autre qui voudra tout retirer dans moins de 5 ans.

    Il est important de bien comprendre l’investissement et d’analyser nos objectifs.

    Merci pour l’article,

    Michael.

    1. 123...Richesse

      Effectivement, réussir à se situer est une première étape compliqué. Le mieux est de faire d’abord un état des lieux financier personnel pour connaitre son patrimoine mais aussi son budget avant d’établir un objectif. Pour autant, l’objectif peut être assez vague au départ puis s’affiner, voir se ré-orienter au fur et à mesure de son propre cheminement financier. Et c’est d’autant plus vrai pour une personne qui avance en se formant également : plus elle apprend et plus elle va affiner l’objectif. Lorsque l’objectif est plus précis, c’est à ce moment là qu’on peut s’orienter vers tel ou tel type d’investissement. Une fois l’investissement choisis alors et seulement alors on peut s’intéresser à ces trois facteurs que sont l’horizon d’investissement, le rendement et le risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une
Gagner beaucoup d’argent. Des piles de pièces de monnaie.
Gagner plus d’argent. Un graphique avec une courbe qui augment de plus en plus.
Quelle épargne choisir ? Un petit cochon tirelire où l'on met de la monnaie.
Que faire de ses économies. Des pièces de monnaie déversées d'un pot.
C'est quoi l'argent ? Des billets sur une corde à linge.