Loading...
Placements

COMMENT PROTÉGER SON ÉPARGNE

Comment protéger son épargne. Un cochon tirelire pour mettre des billets de banque.

Il y eut une époque ou se constituer une épargne était extrêmement simple. S vous ne vouliez pas vous prendre la tête avec des placements financiers, il vous suffisait d’ouvrir un livret réglementé (de type Livret A, livret de développement durable, livret jeune ou autres…) d’effectuer des virements réguliers et hop, le tour était joué. Votre argent était sécurisé et produisait des intérêts. Si vous désiriez avoir une rendement un peu plus important, une assurance vie en fonds euro convenait admirablement. Mais l’économie néo-libéral est désormais passé par là. Les gouvernements et les institutions financières prédatrices ont trouvé une nouvelle source de liquidités : vous et votre argent. Dans un monde où globalement on cherche à vous piquer votre pognon, comment protéger son épargne ? Malheureusement, la réponse est loin d’être simple et dépend de nombreux facteurs. Essayons, quand même de voir comment sauver votre argent ensemble.

COMMENT PROTÉGER SON ÉPARGNE : LE PROBLÈME DE L’ÉPARGNE SÉCURISÉE

Si vous voulez vous constituer une épargne solide, mettez une partie de votre revenu de coté, puis mettez en place des virement régulier vers un Livret A ainsi que sur des fonds en Euros d’une assurance-vie. Votre argent sera complètement protégé et votre patrimoine financier augmentera doucement mais surement… Voilà ce que le conseiller financier de votre banque va surement vous proposer lorsque vous lui demanderez quelle est la meilleure épargne sécurisée pour placer votre argent ou quel compte ouvrir pour épargner ? Et si vous désirez finir plus pauvre à l’arrivée qu’au départ, suivez son conseil… Mais, si vous êtes un lecteur assidu de 1,2,3… Richesse, vous savez déjà pourquoi il ne faut jamais écouter son banquier !

L’épargne sécurisée pose aujourd’hui un vrai problème. Quiconque souhaite réaliser des placements sécurisant le capital et qui rapporteraient un peu plus que l’inflation se retrouve rapidement dans une impasse. Oui, mais pourquoi et pour quelles raisons ? Comment ce fait-il qu’il soit aussi difficile aujourd’hui de protéger son argent ? Du coup, quel compte épargne choisir pour faire un peu mieux que l’inflation ? Où placer son argent en cas de crise financière ? Quelle solution d’épargne choisir pour sauver son argent des banques ? Bref, comment protéger son épargne ? Autant de questions auquel nous allons tenter de donner une réponse dans cet article. Et c’est loin d’être simple, croyez-le !



Le problème de l’épargne sécurisée

Comme la majorité des épargnants, deux facteurs sont essentiels pour le placement que vous recherchez : la sécurité et le rendement. Or, de façon général on peut constater que l’épargne se porte mal. Pas du point de vue des personnes qui épargnent et placent leur argent, mais bien du point de vue des possibilités qui s’offrent aux épargnants pour faire un mix de ses deux facteurs.

D’un coté on constate que les livrets ne rapportent plus rien et leur taux de rémunération continu même de baisser. Un livret A à 0;5 %, honnêtement qu’est ce que ça veut dire ? De l’autre coté, dès que vous passez sur des placements un peu plus rémunérateurs c’est alors un lot de prélèvements et d’impôts qui en gréve complètement l’intérêt (dans les deux sens du terme).

Dans le même temps, il y a également la faillite possible des banques au sein d’une conjoncture de crise permanente. Evidemment, sur le papier, votre argent est « protégé ». Sauf qu’on sait maintenant qu’en cas de grave crise économique entrainant la faillite de plusieurs banques, les réserves censées garantir les liquidités personnelles des clients des banques ne suffiront jamais à rembourser tout le monde.

Et pour l’épargne forcée, c’est encore pire. Avec la destruction systématique de l’ensemble de la protection sociale (maladie, chômage et retraite) l’avenir est loin d’être rose.

Parallèlement à tous cela, on assiste à une « flicarisation » de plus en plus poussée des flux monétaires. Qu’elle soit organisé par les États ou par les organismes financiers eux même, nous assistons à la mise en place de barrières de plus en plus grande sur la fluidité des liquidités. Tant et si bien que, dans certain cas savoir comment sortir l’argent des banques devient un véritable casse-tête.

Dans les faits, il devient de plus en plus difficile de faire circuler de l’argent : limitation au retrait par carte, limitation de retrait liquide au guichet des banques, limitations des virements extra-bancaire, difficultés de clôturer des comptes ou des services, le tout sous prétexte d’éviter le « blanchiment d’argent » et le « financement du terrorisme » !!!

Soyons réaliste. Si les mesures appliquées étaient réellement efficaces, croyez-vous que la plupart des multinationales pourraient réaliser de l’évasion fiscale aussi facilement ? Pensez-vous réellement que l’argent du terrorisme circule par des voix « classiques » ?

Oui, mais tout ça pour quelle(s) raison(s) ? Globalement il y a deux objectifs à cela :

– Faire payer les dettes des états par les particuliers.

– Introduire de nouvelles liquidités au sein des marchés financiers.

La politique néo-libéral de l’Union Européenne peut se définir simplement par la formule « privatiser les profits, socialiser les pertes ». Christine Lagarde l’a résumée de cette façon là : « Bientôt, on sera plus content d’avoir un emploi qu’une épargne protégé » .

Dit autrement cela peut se résumer au fait que l’épargnant et le citoyen lambda doivent payer les dettes des états et permettre aux plus riches de gagner encore plus d’argent. Bref, tout doit être fait pour éviter que l’argent – VOTRE argent en l’occurence – sorte du système financier actuel… qui bénéficie au plus riche, évidemment ! Dans ce cadre savoir comment protéger son épargne  et trouver la meilleure épargne qui rapporte deviennent deux choses complètement distinctes. Que les choses soient claires : le temps où l’on pouvait à la fois avoir une épargne sécurisée et protégée avec des rendements correctes dans des produits financiers simples et parfaitement liquides et bel et bien révolue.

Épargne sécurisée : une épargne garantie ET sans risques

Pour saisir les raisons de cet état de fait, il faut comprendre l’importance de deux facteurs liés à l’épargne… et aux épargnants bien sur. Effectivement, lorsque l’on souhaite épargner son argent afin de l’utiliser plus tard sans toutefois l’investir, on va rechercher deux éléments qui nous semblent logiquement indissociables :

Une épargne garantie par les banques. En d’autres termes que le placement réalisé soit sans risque afin que l’épargnant puisse récupérer la totalité de son capital (et les intérêts) sans qu’il y ait eu aucune perte. Dis autrement, nous demandons que notre argent ne soit pas utilisé par les établissements bancaires n’importe comment et éventuellement placé sur des produits financier très risqué.

Une épargne garantie par l’état. C’est à dire que l’argent placé soit protégé en cas de défaillance de l’établissement financier (comme une faillite par exemple). La plupart des épargnes réglementée sont effectivement garantie par l’éligibilité à la garantie des dépôts. Son objectif est d’éviter la faillite des épargnant en cas de faillite du gestionnaire de fonds financiers.

À cela s’ajoutent souvent deux autres éléments indispensables lorsque l’on souhaite protéger son épargne :

Des rendements attractifs. En effet, lorsque l’on dépose de l’argent dans un établissement financier, il ne s’agit pas simplement d’un « stockage » dans un coffre. En réalité, il s’agit d’un prêt que vous faites à votre banque. En retours, celle-ci peut vous rémunérer pour l’utilisation qu’elle va faire de l’argent prêté. Ce sont les intérêts ou rendement. Et évidemment, l’idée étant de ne pas perdre d’argent, le taux d’intérêt devrait être au moins égal à celui de l’inflation.

Une épargne disponible. La disponibilité des fonds doit permettre à celui qui épargne de pouvoir récupérer celle-ci par un retrait ou des prélèvements quasi immédiat.

Or si il y a eu une époque ou un simple Livret A remplissait ces différentes fonctions, avec les objectifs commun du monde de la finance, des pouvoirs politiques en place et des objectifs de l’Union Européenne, ce n’est absolument plus le cas.

Faut il craindre pour son épargne ?

Reprenons les quatre éléments, un a un et voyons comment ils sont désormais dénaturés. Ainsi nous comprendrons mieux pourquoi il est de plus en plus crucial de chercher comment protéger son argent.

L épargne garantie par l’État. En 1999 est crée la garantie bancaire des dépôts visant à protéger les déposants et les clients en cas de défaillance de leur établissement bancaire à hauteur de 100 000 € dans chaque banque ou vous avez un compte. Cette garantie n’est par contre que de 70 000 € par assurance-vie. Noble initiative ! Oui mais voilà, s’il s’agit de la faillite d’une seule banque, ça passe, mais en cas de crise financière globale avec de multiples faillites bancaires, là ça casse. En effet, le montant actuel de l’argent en dépôt dans les institutions bancaires est de l’ordre d’à peu près 2 400 milliards d’Euro (sans tenir compte des contrats d’Assurance-Vie) . Parallèlement, le Fond de Garantie des Dépôts et Résolution se monte actuellement à un peu plus de… 4 milliards d’Euros. Autrement dit, une crise bancaire à l’échelle nationale ne pourrait permettre la protection de l’ensemble des déposant français. Tout est dit.

Le rendement. Lorsqu’on voit le taux du livret A ou d’un autre type de livret réglementé… soit on pleure, soit on est mort de rire tant ils sont ridiculement faible. De plus, alors que la norme a toujours était d’avoir un rendement supérieur à l’inflation, il est désormais admis qu’il est possible de mettre en place des taux d’intérêts qui soient inférieur à l’inflation. Autrement dit, en plaçant de l’argent sur ce type de produit financier… vous perdez de l’argent chaque année ! Parallèlement à cela, les intérêts de la plupart des livrets sont soumis à l’ impôts sur le revenu auquel s’ajoute les fameuses « contributions sociales ». Un triple impôt donc. De plus, il est possible que d’ici quelques années, les dépôts ainsi que l’argent « non utilisé » subissent des prélèvements sociaux !

L’épargne garantie par les banques. Pour faire face à cette baisse drastique des livrets bancaires ou d’un compte épargne sécurisée, de nombreux épargnant se sont tournés et se tournent encore vers l’assurance vie avec ses fonds en euro garanties aux taux d’intérêts plus attractif qu’un simple livret d’épargne. Pour autant sachez que ses fonds ne sont actuellement plus garantie par les compagnies d’assurances. Et comme il ne s’agit en fait que d’acheter de la dette d’état (« Socialiser les pertes » donc) qui ne sera jamais remboursé, nous sommes bien dans une impasse pour qui souhaite sécuriser son épargne.

La disponibilité. Ici, il n’y a guère que les livrets réglementés qui ne posent pas encore trop de problèmes. L’assurance vie, quand à elle devient de moins en moins liquidable. De plus, il existe désormais, dans les contrats, des clauses permettant de bloquer votre argent en cas de situations anormales. En d’autre termes, on vous empêche de récupérer votre argent en cas de besoin ! Ce n’est guère étonnant puisque l’Union Européenne compte sur l’argent des fonds euros des assurances-vie pour payer les dettes des états.

Vous le voyez, le système mis en place bloque la plupart des points importants pour l’épargnant. A ce stade vous n’avez que deux choix possibles: soit vous jouer le jeu avec des produits d’épargne classiques et vous êtes perdant car les Etats endettés et les institutions financière pourront utiliser votre argent à leur guise. Soit vous ré-orientez votre épargne vers des produits plus risqués et vous participez au besoin de liquidités de la finance mondiale.

Même s’il n’est plus possible de gagner sur l’ensemble des tableaux nous pouvons au moins essayer de voir comment protéger son épargne en fonction des critères de risques possible de notre société..

Pour en savoir plus sur l’épargne, je vous renvoi à deux ouvrages sur le sujet : Le manuel de survie dans le milieu hostile de l’épargne de Guillaume-Olivier Doré ET Le petit guide de l’épargne et du crédit de Christian Dubois.

Comment protéger son épargne de l’inflation

Lorsque l’on commence à mettre de l’argent de coté, donc à épargner, la première préoccupation et de savoir comment mettre son argent à l’abri de l’inflation. Pour rappel l’inflation peut être définit comme l’augmentation du niveau général des prix des biens et des services. Globalement cela se traduit par le fait qu’avec 100 € d’aujourd’hui vous pourrez acheter moins de quelque chose demain.

Par exemple, si avec 100 € je peux acheter, aujourd’hui pour un kilo d’un produit A, comme les prix augmentent du fait de l’inflation, dans un an, toujours avec 100 € je ne pourrais avoir que 900 g du même produit.

Protéger son épargne de l’inflation consiste donc à dire que l’argent doit être placé sur un produit financier qui permette d’avoir un taux de rémunération égal ou supérieur au taux de l’inflation. Si l’inflation est de 1 % par, mon argent doit donc être épargné sur un support qui m’offrira un rendement d’au moins 1 %. A 1 % je ne perd par d’argent (ou plutôt de pouvoir d’achat) ; au dessus j’en gagne ;en dessous j’en perd.

Auparavant les livrets réglementés étaient justement là pour ça. D’ou la propension des français à placer leur argent sur des livrets d’épargne classiques (Livret A, Pel et autres Ldd…). Mais, pour le secteur de la finance ses livrets étant utilisés pour des projets de politique sociale, c’était de l’argent qui n’étaient pas injecté dans ce même secteur financier. Les gouvernements ont donc ajouté un ensemble de cotisations (Seul les livret A en sont encore exonérés) , les banques des frais afin de les rendre moins attractifs. Mais comme cela ne suffisait pas, on à finis par faire baisser leurs taux d’intérêts en dessous du niveau de l’inflation.

Mais alors quelle épargne choisir pour contrer le mécanisme inflationniste ? Parmi les livrets protégés, il n’y a plus grand-chose qui fasse l’affaire. Même le Livret d’épargne Populaire avec son taux de 1 % est en dessous de l’inflation (1,1 % en 2020). Cependant certaines banques proposent des Livrets (réglementés ou non) qui peuvent offrir des rendements légèrement supérieurs. Je vous renvoi à ce comparateur de banque et de livret d’épargne (vous pouvez indiquez de fausses informations personnelles si vous ne souhaitez pas laisser vos coordonnées)

Par contre si vous possédez encore un « vieux » plan épargne logement dont le taux reste celui de la date d’ouverture, vous êtes surement au dessus de l’inflation. C’est même l’outil à privilégier pour protéger son épargne face à la crise si vous l’avez ouvert avant 2015 car son taux est d’au moins 2,5 %.

Ensuite il est possible de comparer les comptes à terme de certaines banques. Si le taux de rémunération est supérieur à celui de l’inflation (hors frais et cotisations sociale bien sur), cela peut être un bon moyen de protéger son argent sans trop se prendre la tête. Attention cependant ! Un compte à terme entraine le blocage de l’argent durant une durée prévue à l’avance, auquel cas vous perdriez les bénéfices de ce type de compte. À utiliser seulement si vous n’avez pas besoin dans l’immédiat de l’argent que vous souhaitez faire fructifier.

Comment protéger son épargne en cas de crise

Ce que l’on appelle « la crise » actuellement est avant tout lié à la dette des États qui ne fait qu’empirer. Et plutôt que d’essayer de réduire cette dette, chaque gouvernement considère qu’elle provient du cycle économique dans lequel nous nous trouvons et que lorsque nous passerons le cap, la « croissance » redémarrera. De ce fait la dette grossit à vue d’oeil et commence déjà à nous enterrer sous son poids. Les états, les entreprises et les particuliers n’ont jamais été aussi endetté dans toute l’histoire de l’humanité !

Et lorsque cette bulle de dette éclatera, les banques seront en première ligne. Il est fort à parier qu’on se retrouve avec des faillite bancaire à répétition et que votre argent soit emporté dans la tempête. En effet, que les choses soient claires : il n’existe aucune épargne garantie en cas de crise financière.

Et même si ce n’est pas le cas, il serait naïf de penser que, quelque soit le moyen employé pour régler cette dette, il n’y est pas quelqu’un qui la paye au final. Et ce quelqu’un c’est vous, moi, le citoyen lambda. Comment ? En allant directement puiser sur votre compte courant, votre assurance vie, votre produit d’épargne réglementée ou autre…

Ne riez pas, c’est déjà prévue au programme. En effet, ce type de mesure, et bien d’autres, a déjà été évoquées comme moyens possibles de régler le problème de la dette des États de l’Union Européenne. Je vous rappelle que nous sommes dans une économie néo-libéral où l’on privatise les profits et où l’on socialise les pertes. Et notre chef de l’état actuel a, en partie, été poussé par les personnes les plus fortunés de France pour mettre en place ce genre de politique.

Là, il ne reste, globalement, qu’une seule solution pour avoir une épargne garantie en cas de crise : le titre de propriété. En d’autres termes, il s’agit de posséder des biens physiques. En effet, au sein d’une économie capitaliste (même extrêmement prédatrice), s’attaquer au principe de la propriété privé, c’est s’attaquer au base même du système. Cela ne veut pas dire que ce n’est pas possible mais que cela créerais beaucoup, beaucoup trop de problèmes.

De ce fait la possession de biens est un moyen de « sortir son argent de la banque ». Cela peut se faire, globalement, de trois façons :

– Posséder des biens immobiliers. C’est évidemment la première solution qui vient à l’esprit lorsqu’on parle de « propriété ». En effet, posséder un terrain, une maison, un appartement, c’est posséder quelque chose qui a de la valeur en soi. Si la monnaie disparaît ou même si elle est dévalué, votre patrimoine foncier aura toujours de la valeur. Et puis, dans le pire des cas, vous aurez au moins un toit sur la tête.

– Posséder des titres de propriétés de sociétés privées.. Effectivement, les titres de propriétés comme les actions qui sont détenus sur un compte-titre ou un PEA, vous appartiennent. Ils ont une valeur monétaire mais ce que vous possédez en réalité c’est un titre de propriété, une part de l’entreprise que vous avez acheté. D’ailleurs, si votre banque fait faillite, l’argent de votre compte courant ou de votre plan d’épargne servira à payer les créanciers de la banque car… il ne vous appartient pas. Et oui, lorsque vous déposez de l’argent sur l’un de vos compte bancaire, vous prêtez de l’argent à la banque ! Par contre, les titres de propriété détenues sur votre compte-tire ou votre plan d’épargne en action sont à vous. Ils ne serviront donc pas à régler les dettes de la banque.

Posséder de l’or physique. Ce n’est pas pour rien que l’on parle de « valeur refuge » pour l’or (physique). Les plus riches le savent bien, c’est pour cette raison qu’ils possèdent aussi des coffres contenant, or, bijoux, diamants et autres. En cas de crise financière grave, l’ensemble de ses biens conserveront une valeur d’échange. De plus, du fait de sa rareté, l’or conserve une valeur a peut près égal dans le temps ! Même si c’est un peu plus compliqué à obtenir (et que cela à un coût), il existe des sociétés qui peuvent acheter et stocker de l’or pour vous. Toute personne désirant assurer la sécurité de son patrimoine se doit d’avoir des réserves d’or comme une sorte d’épargne sur l’avenir.



Protéger son argent des banques

Il peut paraître étrange, lorsqu’on parle d’épargne et de placement, d’avoir un chapitre sur comment protéger son épargne des banques elle-même. Mais en fait, c’est somme toute assez logique car actuellement les fondations de la crise financières que nous commençons à vivre et que nous allons certainement subir est bien le problème de la dette et du règlement de cette dette. Or les banques sont en première ligne de cette situation.

Le risque que votre banque fasse faillite et que vous perdiez l’ensemble de l’argent détenu sur votre compte courant, compte épargne ou même celui détenus sur des livrets est assez faible mais toujours possible. Mais en matière de patrimoine individuel, mieux vaut prévenir que guérir.

Alors, en tenant compte de ce risque, comment sauver son argent ? En fait, le principe est simple et tient en un seul mot : dé-bancarisation. En quoi cela consiste t’il ? Et bien, en gros il s’agit d’une stratégie où l’ensemble de votre «  placement épargne « ne se trouve plus dans une quelconque banque. C’est donc, à nouveau deux éléments qui vont être privilégié : l’investissement immobilier et des titres de propriétés en actions.

Cependant, d’autres solutions moins complexes peuvent éventuellement être envisagées :

– D’abord, ce que l’on appelle communément les Fintech, ou en d’autres termes, les banques en ligne. Même si elles sont, pour la plupart, des filiales des banques traditionnelles, elles ont une activité à part de la partie finance de leur maison mère. Elles sont donc un peu moins susceptible d’être emporté par une tempête financière (même si tout ceci est à prendre au conditionnel).En plus elles vous permettront de faire des économies de frais bancaires.

– Ensuite, vous pouvez vous diriger vers des banques dites « éthiques » comme LaNef ou encore le Crédit Coopératif. Même si, pour l’instant, les particuliers ne peuvent pas y ouvrir de compte bancaire ; des livrets et des comptes à termes y sont toutefois accessibles. Toutefois, pour votre épargne, devenir sociétaires de ces établissements peut être une solution alternative intéressante. Ainsi, vous participez au financement de l’économie réelle, loin des marchés financiers et la rémunération peut être assez attractives. Toutefois, comme n’importe quelles banques, elles peuvent être impactées par une crise bancaire et financière de grande ampleur.

Quelle solution d’épargne choisir ?

Au final, maintenant que nous connaissons la situation globale et les possibilités restante pour épargner son argent, quel placement choisir pour mettre de l’argent de coté et le faire fructifier ? Plus grand-chose si vous souhaitez rester sur des préceptes de sécurisation du capital.

Les livrets n’offrent plus le rendement suffisant pour être attractifs. Même les comptes dit « boostés » ne sont que des produits d’appels marketing bien vite grevés lorsqu’ils reviennent à leur taux normal (les rendements boostés se font sur quelques mois en général) et les prélèvements sociaux appliqués. Et encore, à cela s’ajoute ensuite la fiscalité des intérêts. Cependant il est toujours possible d’y placer son épargne de précaution à court terme afin de la cloisonner de votre budget familial. L’épargne logement et l’épargne-retraite peuvent être, éventuellement, utilisées comme instrument de défiscalisation.

L’assurance vie est elle aussi un outil de placement qui à fait son temps mis à part si vous investissez uniquement en Unité de compte. Mais dans ce cas là vous perdez le bénéfice de l’aspect « épargne sécurisée ». Mais, mis à part si vous mettez en place un système de versements automatisés et que vos unités de compte ont été minutieusement choisis pour vous éviter d’intervenir régulièrement, mieux vaut opter pour un PEA. L’avantage de ce dernier c’est que vous posséderez la propriétés des titres achetés. Ce qui n’est absolument pas le cas pour l’assurance vie.

Et justement, lorsqu’on cherche comment protéger son épargne, le principe de propriété devient indispensable. De ce fait, l’investissement immobilier peut être une solution permettant à la fois une forme d’épargne forcée mais également une épargne garantie dans le sens ou, en cas de grave crise financière ou économique, vous posséderez des biens en « dur ».

Parmi les solutions alternative, plutôt que de se demander quel compte épargne choisir, vous pouvez opter pour des parts sociales de banques éthiques qui assurent une certaine forme de sécurité tout en ayant un rendement plus attractif qu’un simple livret A.

Mais, comme on le voit protéger son argent en cas de crise économique ne consiste pas à simplement chercher des solutions pour obtenir un équivalent de ce qui se faisait avant. Désormais, il s’agit beaucoup plus de s’adapter, en permanences, aux nouvelles situations qui se présentent. Si vous désirez améliorer vos finances, il n’est plus possible de se contenter de déposer de l’argent sur un compte épargne puis de laisser dormir l’ensemble. La contrepartie – positive – c’est que de se fait, en un sens, vous êtes obligé de vous occuper de votre argent, de votre épargne, de votre patrimoine financier. Cela vous oblige à être plus actif sur vos finances.Et ça, c’est peut être une bonne nouvelle, non ?

Si vous connaissez d’autres façon de protéger son argent en cas de crise financière, signalez le dans les commentaires. Et bien sur n’hésitez pas à partager cet article sur les réseau sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une
Que faire de ses économies. Des pièces de monnaie déversées d'un pot.
Comment vendre ces cadeaux de Noël. Un tas de cadeaux.
Le crédit. Une maison miniature sur une calculette.
L'argent ne fait pas le bonheur... Mais bon quand même. Cochon-tirelire portant des lunettes noires
Budget personnel. Une calculatrice sur la tranche avec une cuillère en équilibre dessus supportant d'un côté une pomme de terre et de l'autre des pièces de monnaie.