Loading...
Se renflouer

CRÉDIT RENOUVELABLE : ATTENTION DANGER !

Crédit renouvelable. Un pilori.

De tous les crédits, il en est un qui est pire que les autres : le crédit renouvelable. Véritable machine à créer de l’endettement, ce n’est pas pour rien qu’il est surnommé le « crédit revolver » tant il ressemble à un braquage légalisé. Analysons ensemble ce constructeur de pauvreté.

CRÉDIT RENOUVELABLE, CRÉDIT PERMANENT, CRÉDIT REVOLVING… L’ENDETTEMENT SUR COMMANDE !

Si vous suivez régulièrement 1,2,3… Richesse, vous savez que l’un des dangers de tout budget personnel ou familial est le crédit. En effet, ce système vous dirige vers une seule destination : l’appauvrissement financier. Mais parmi les différents types de crédits, il en est un qui est le pire de tous : le crédit renouvelable. Si vous désirez développer votre richesse personnelle, vous devez donc à tout prix l’éviter. Mais encore faut il le reconnaître et en connaître les mécanismes. Alors aujourd’hui, intéressons nous à ce type de prêt personnel pour mieux s’en prémunir…



Le crédit renouvelable, c’est quoi ?

Le danger financier se cache parfois sous plusieurs masques. C’est ici le cas avec la bête noire des commissions de surendettement. En effet, le crédit renouvelable porte de nombreux noms. Également appelé crédit permanent ou crédit reconstituable ou encore crédit revolving, son surnom le plus parlant est toutefois « crédit revolver » tant il s’agit d’un véritable hold-up du consommateur.

Le crédit renouvelable est une forme de crédit à la consommation qui consiste à mettre à disposition d’un emprunteur une somme d’argent qui se reconstitue automatiquement à mesure qu’elle est remboursée. Il fonctionne donc comme une réserve d’argent permanente – d’ailleurs la somme prêtée est souvent appelée « réserve », terme très trompeur – donnant l’impression au consommateur qu’elle se remplie d’elle-même. En réalité, cela signifie surtout que, tant que le crédit n’est pas remboursé ET stoppé, il se renouvelle automatiquement sur la même somme et perdure donc dans le temps.

Fonctionnement et danger !

Même si le montant de la réserve (donc du crédit) varie en fonction du revenu, cela ne protège pas pour autant l’utilisateur de répercutions financières dangereuses. Le fait même que cette réserve se reconstitue d’elle-même transforme le crédit renouvelable en une forme de crédit permanent. En d’autre termes, chaque fois que votre réserve se reconstitue, c’est comme si vous repreniez un nouveau crédit. Et lorsqu’on sait que le taux de ce type de dette peut monter jusqu’à 20 voir 21 %, on comprend aisément la spirale vers le surendettement qu’il représente.

De plus, ce renouvellement se fait par tacite reconduction. Ainsi, sans action de votre part, le crédit se renouvelle automatiquement et à l’infini. Si vous accumulez ainsi plusieurs cartes de crédit dans différentes enseignes, vous risquez de vous retrouvez avec 3,4… 5 crédits indépendants les uns des autres. Et au vue des taux d’intérêts, vous pouvez être certains que vous ne tiendrez pas votre budget.

Mais que vous en ayez un ou plusieurs, le résultat est le même : la charge supplémentaire engendrée par les remboursements mensuels du crédit renouvelable afin de reconstituer l’ enveloppe d’argent viendra alourdir le budget du foyer. Le piège se referme alors sur vous : souscrire un premier crédit pour boucler ses fins de mois, puis en souscrire un second pour subvenir aux besoins liés aux charges engendrées par le premier. D’autant plus que l’astuce des sociétés octroyant ces crédits renouvelables consiste à orienter une partie des remboursements que vous faites à d’autres types de frais (frais d’envois, frais de prélèvements, frais d’assurance, frais de tenue de compte, etc). Ainsi ce n’est qu’une partie, parfois insignifiante, des sommes que vous versez qui sont affectées au remboursement du crédit lui-même. Le remboursement total de la dette peut donc devenir très long… très, très long !

Les formes du crédit renouvelable

Évidemment, pour attirer le chaland, le crédit renouvelable se cache souvent sous des dehors attirant. Le plus connue étant la carte de crédit. Effectivement, la plupart des gens font l’amalgame entre carte de crédit et carte bleue (comme celle fourni par la plupart des banques). Si la seconde est bien un moyen de paiement , le premier est en réalité une carte d’endettement !

ATTENTION : Ce que nous appelons communément la « carte bleue » est un moyen de paiement sous la forme d’une carte de paiement permettant de régler des achats auprès de commerce physique ou de retirer de l’argent dans des distributeurs. MAIS ce n’est pas un crédit dans le sens ou c’est bien l’argent que vous avez sur votre compte (donc que vous possédez) qui servira à payer. Au contraire, une « carte de crédit » utilise de l’argent que vous n’avez pas et donc qu’on vous prête. L’utilisation de ces sommes sont donc soumises à des intérêts que vous devrez régler EN PLUS du remboursement des sommes utilisées.

La carte de crédit

Et c’est justement le plus souvent sous la forme d’une carte de crédit utilisable dans un réseau de commerces affiliés que se cache le crédit renouvelable. Chaque utilisation d’une carte de crédit renouvelable vous ouvre simplement des lignes de crédit. La « réserve d’argent » tellement vantée par ceux qui vous la fournissent est bien une dette que vous contractez.

Mais, les grands organismes financiers comme les banques traditionnelles, peuvent également vous fournir des cartes de crédit si vous n’y faites pas attention. Parfois, la carte de paiement possède aussi une fonction carte de crédit qui peut s’activer automatiquement si on n’y fait pas attention. Et de nombreux conseillers financiers, jouant sur l’amalgame qui est fait entre carte de débit et carte de crédit, entrainent leurs clients à souscrire à des cartes débit / crédit, sans que ceux-ci comprennent bien ce à quoi ils adhérent. Attention donc aux termes utilisés par votre conseiller en ce qui concerne l’obtention d’une carte de paiement !

Une forme plus insidieuse

Mais il existe une forme un peu plus insidieuse de ce qui s’apparente à un crédit renouvelable, c’est la ligne de crédit ouverte avec un découvert autorisé ou pas ! Car oui, un découvert reste une forme de crédit. Là aussi les termes sont trompeurs. « Autorisé » semble signaler que cela ne vous coûtera rien puisque justement ce découvert est « autorisé », autrement dit « admis ». Non ?

Et bien non justement ! Votre « découvert «autorisé », signifie simplement que le taux des intérêts que vous allez régler à votre banque dès que vous êtes à découvert, c’est à dire dès que vous dépensez plus d’argent que ce qui existe sur votre compte en banque (que se soit 100 ou même 1 €) est négocié légèrement plus bas que le taux plein. En général c’est à 18 ou 19 % (hors frais divers :- ( ).

Que les choses soient donc claires : le découvert est un crédit que vous octroie la banque et qu’elle va vous facturer très cher.

Comment en sortir du crédit renouvelable

Si vous avez un ou des crédits renouvelables et que vous souhaitez vous en débarrasser, il faut d’abord que vous compreniez une chose : vous aller perdre de l’argent. Acceptez-le et partez du principe que ce n’est que la conséquence de votre décision. Mais une fois que vous vous en serez débarrassé, cela vous permettra de retrouver un budget beaucoup plus sain et équilibré.

Ensuite le principe est simple : rembourser et clôturer !

Rembourser

Le plus souvent, le rythme des remboursements est laissé au choix de l’emprunteur, dans la limite d’un minimum mensuel. Mais la plupart des établissements de crédit proposent deux modes : un lent et un rapide. Chacun de ces modes va jouer, bien sur, sur le montant des mensualités.

Comme pour n’importe quel crédit, les mensualités que vous allez régler vont se décomposer en deux, voire trois parties :

– Le paiement des intérêts ;

– Des frais divers :

– Le remboursement du capital emprunté.

Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement que sur chaque somme que vous allez verser à l’organisme, c’est seulement une partie de celle-ci qui diminuera le montant de la somme que vous avez emprunté. Le reste est alloué aux intérêts et aux frais…

Je vous avez bien dit que ça allez vous coûter de l’argent.

Le mieux est donc de rembourser le plus vite possible, si c’est possible pour vous, afin de vous débarrasser de ce boulet financier.

Il est toutefois possible de rembourser intégralement les sommes qui ont été prêté et donc solder votre crédit, normalement sans frais supplémentaires. Là aussi, si c’est possible pour vous, c’est la meilleur solution à envisager afin de vous refaire rapidement une santé financière.

Pour avoir une méthode plus détaillée sur les méthodes pour faire disparaître ces crédits, vous pouvez jeter un œil sur l’article « Comment solder un mauvais crédit ». Vous aurez ainsi des stratégies utilisables en fonction de votre niveau de revenu.

Clôturer

Mais une fois remboursé encore faut-il éviter de retomber dans l’engrenage du crédit renouvelable. Le mieux est donc de le clôturer et de vous débarrasser de l’éventuelle carte de crédit qui lui est lié.

Évidemment, si le prêt personnel n’a pas été utilisé et s’il a été contracté il y a moins de 14 jours, vous pouvez bénéficier du délai de rétractation et demander la résiliation du contrat. Prévenez par téléphone l’organisme et éventuellement par courrier avec accusé de réception. Légalement on ne peut pas vous facturer des frais pour ce type de résiliation.

Ensuite, viens le cas d’un compte inactif. Si vous avez remboursé l’ensemble des sommes et que vous n’utilisez pas votre réserve d’argent pendant deux ans, normalement, alors le contrat se verra automatiquement clôturé.

Mais le mieux est toutefois de le faire clôturer définitivement dès que les sommes ont été remboursés. Effectivement, si c’est le cas la Loi Chatel du 1er aout 2005 vous permet de résilier un crédit renouvelable à tout moment.

Cependant, quel que soit le cas de figure, désormais, 3 mois avant la tacite reconduction du contrat, l’organisme auprès duquel vous l’avez souscrit à l’obligation de vous envoyer les conditions du contrat pour l’année à venir. Celles-ci doivent stipuler les modalités de résiliation.

 

Crédit renouvelable, avantage mais surtout inconvénient

Vous l’avez compris, le crédit reconstituable est un piège dans lequel il vaut mieux éviter de tomber. Bien évidemment, il permet, en cas de réel besoin, d’obtenir rapidement et facilement une enveloppe de plusieurs centaine, voir de plusieurs milliers d’euros. Mais à quel prix !!!! Cette forme de crédit est coûteuse, incite à la surconsommation et peut vous amener, tout doucement mais surement au surendettement. Alors plutôt qu’obtenir un crédit renouvelable, faites en sorte de gérer votre budget et mettez en place un programme d’épargne efficace composée d’une épargne de précaution et d’une épargne de sécurité. Ce sera plus productif et bien plus avantageux.

Et vous, avez-vous déjà été tenté par un crédit renouvelable ? Ou avez-vous subit les conséquences de ceux-ci ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une
Que faire pour gagner plus d’argent. Une pluie de billets de banque.
Qu'est ce que le revenu ? Une pile de monnaie couverte de terreau avec une plante qui pousse.
Épargne de sécurité. Un varappeur casqué effectuant une descente en rappel.
Comment vendre ces cadeaux de Noël. Un tas de cadeaux.
Faire un dossier de surendettement : un dossier ouvert avec une calculatrice dessus.