Loading...
Placements

QU’EST CE QUE LA CAPACITÉ D’ÉPARGNE ET COMMENT LA CALCULER ?

Capacité d’épargne. Petit cochon tirelire avec billets de banque dedans.

Savez-vous vraiment faire la différence entre votre capacité d’épargne, votre capacité d’investissement et votre capacité d’emprunt ? Si ce n’est pas le cas, cet article est fait pour vous. Vous comprendrez, enfin, à quoi servent les unes et les autres. En prime, vous trouverez même des façons simples de calculer chacune d’entre elles afin d’accroître la performance de votre argent ou de votre portefeuille financier. Alors suivez le guide…

CAPACITÉ D’ÉPARGNE, CAPACITÉ D’INVESTISSEMENT ET CAPACITÉ D’EMPRUNT… TROIS NOTIONS ESSENTIELLES A LA GESTION DE SON ARGENT

Savez-vous qui est Peter Adeney ? Sans doute pas. Et si je vous dit, Mr Money Mustache  ? Pas plus, me direz-vous. Pourtant, il est une sorte de symbole pour tous ceux qui veulent devenir financièrement indépendants. En effet, ce Canadien a pris sa retraite à l’age de 37 ans après avoir travaillé un peu plus de 10 ans. Oui, c’est tout !

Comment a-t-il accompli un tel exploit ? Vous pensez sans doute qu’il a hérité d’une fortune ou choisis les bons numéros du loto ? Pas le moins du monde. Vous imaginez qu’il a monté un business rentable ou crée une société hight-tech ensuite revendu à prix d’or ? Pas plus ! Vous vous dîtes, peut-être, qu’il a investi en bourse ou dans le bitcoin au bon moment ? Même pas…

Non, Peter Adeney n’a rien fait de tout cela. Par contre, il a découvert un principe extrêmement simple pour obtenir suffisamment d’argent en 15 ans lui permettant de vivre de ses rentes. Un principe à la porté de quasiment n’importe qui et que, pourtant, la plupart des gens n’utilisent pas . Ce principe peut se résumer à ceci :

« Si vous parvenez à mettre la moitié de votre salaire de côté à partir de l’âge de 20 ans, vous serez en mesure de prendre votre retraite à 35 ans ».

En fait, Mr Money Mustache à tout simplement compris que, lorsqu’on construit son patrimoine, il existe un élément et un seul qui servira de fondation à l’ensemble de la construction de votre avenir financier : votre taux d’épargne !

Mais la question est alors de savoir à quoi fait réellement référence cette capacité d’épargne et ses deux corollaires : la capacité d’investissement et la capacité d’emprunt. C’est donc les sujets que nous aborderons dans cet article.

Nous verrons ainsi, pour chacun de ces concepts, sa définition, mais également la manière de le calculer. Vous verrez ainsi que savoir gérer cette capacité d’épargne, c’est déjà gérer votre future fortune !

Vous êtes prêt ? Allons-y…



La capacité d’épargne

Si vous souhaitez développer votre capital financier ou parvenir à l’indépendance financière, la capacité d’épargne est le concept que vous vous devez de maîtriser pour parvenir à vos fins. On peut même dire que, quelle que soit la méthode utilisée pour atteindre vos objectifs, votre taux d’épargne sera un passage obligé de votre parcours, que vous le vouliez ou non.

Capacité d’épargne définition

Définir la capacité d’épargne est, en soi, assez simple. Il s’agit de la différence entre les revenus d’un ménage et ses charges.

Ici, lorsqu’on parle de revenus, il s’agit bien de l’ensemble des revenus réguliers (même s’ils sont a l’année) des membres d’un foyer. Dans le cas des charges, on prend en compte, comme nous le verrons plus loin, la totalité des dépenses réalisées, remboursement d’emprunt et charges fixes liées au train de vie comprises.

Si vous êtes un assidu de 1,2,3… Richesse, vous savez depuis longtemps calculer ces éléments car ils sont la base de l’état des lieux financier , préconisé pour débuter son propre parcours vers l’indépendance financière.

La capacité d’épargne pour votre patrimoine

Que vous le vouliez ou non, votre patrimoine financier se construit d’abord et essentiellement par le biais de votre capacité d’épargne et de son corollaire : votre taux d’épargne.

En effet, et en dehors d’un éventuel héritage que pourrait vous laisser vos parents multi-millionaires, c’est votre épargne personnelle qui formera le socle des gains et revenus que vous toucherez plus tard.

Concrètement, le taux d’épargne serait même l’élément central de la valeur totale de votre patrimoine ! Selon Wade Pfau, un financier co-éditeur du « Journal of Personnal Finance » durant les 9 premières années, le rendement de ce même patrimoine représenterait moins de 1 % de sa valeur finale. Durant ce laps de temps, c’est donc votre propre capacité d’épargne qui déterminera les rendements que vous obtiendrez dans le futur.

Lorsqu’on a bien saisi ce point, on comprend alors l’importance de l’épargne dans la phase de création de votre patrimoine financier. Mieux vaut donc si atteler le plus vite et le plus efficacement possible afin d’éviter une énorme perte de temps.

Calculer sa capacité d’épargne

En soi, le calcul n’a rien de compliqué. Par contre le résultat obtenu pourra varier d’un mois à l’autre car, comme vous allez le voir, il existe des éléments de ce même calcul qui sont, par essence, variables.

Pour obtenir votre capacité d’épargne moyenne, il faut :

1- D’abord calculer vos entrées d’argent récurrentes et fixes : salaires ; aides sociales diverses ; loyers de vos locations immobilières (si vous en avez), etc.

2 – En second lieu, calculez l’ensemble des dépenses fixes que vous avez : loyer, électricité, assurances, eau, téléphone, mutuelle, etc…

3 – La différence entre vos revenus et vos charges fixes constitue ce que l’on appelle le reste à vivre ou votre « budget utilisable ». C’est ce reste à vivre qui vous permet, habituellement, de faire face aux dépenses courantes, que se soient vos frais de nourritures, de vêtement ou de loisirs mais également tous les imprévus de la vie. Il s’agit ici d’en faire une moyenne qui sera soustraite du résultat précédent.

4 – Ce dernier résultat correspond à votre capacité d’épargne mensuelle, c’est-à-dire la somme d’argent que vous pourriez mettre de côté – si vous parvenez à gérer votre budget – chaque mois. Cette somme correspond, en quelque sorte, à l’argent dont vous n’avez pas obligatoirement besoin, chaque mois, pour vivre.

5 – Pour obtenir votre taux d’épargne, c’est-à-dire la somme que vous pouvez épargner mensuellement exprimée en pourcentage de votre salaire, il vous suffit d’appliquer la formule suivante :

Taux d’épargne = (capacité d’épargne mensuelle X 100) / salaire

Comment bien utiliser sa capacité d’épargne et avoir une bonne performance ?

Maintenant que vous avez compris l’importance de votre capacité d’épargne dans la constitution de votre patrimoine financier, vous aurez – par extension – saisie l’importance d’une épargne régulière pour atteindre vos objectifs. En effet, et ceux quel que soit le budget mensuel dont vous disposez le plus important sera, d’abord, d’épargner chaque mois !

Dans un second temps, vous pourrez vous concentrer sur le montant de votre épargne mensuel au travers de votre taux d’épargne mensuel.

Voici comment procéder :

  • Tout d’abord, il est important d’assainir sa propre situation financière. L’objectif étant de gérer son budget afin d’obtenir un surplus mensuel. C’est ce surplus qui va constituer votre capacité d’épargne personnelle. Tant que vous ne maîtrisez pas complètement votre budget, il est inutile de penser à votre épargne !

Pour vous aider à assainir vos budgets mensuels, vous trouverez sur 1,2,3… Richesse, un ensemble d’articles concernant les moyens de gérer ses finances. Pour cela, il vous suffit de cliquer dans le nuage de mots-clefs sur « budget ».

  • Une fois ce but atteint, vous pourrez calculer, sur cette base, votre taux d’épargne mensuel actuel. Ce taux vous servira par la suite pour déterminer vos objectifs d’épargne ou d’investissement. Si vous fonctionnez avec un cahier de finance maison , vous pourrez le placer dans votre rubrique d’indicateurs.

  • Dès que vous avez déterminé votre capacité à épargner, mettez en place des virements automatiques en début de mois vers un compte-épargne. Dans un premier temps, si vous ne savez pas vraiment comment placer cet argent, inutile de vous soucier de sa rémunération. L’important pour vous est d’abord de créer le flux d’épargne. Par la suite, en vous renseignant sur les différentes possibilités de faire fructifier votre pécule, vous pourrez réorienter ce flux.

  • Il est extrêmement important de bien séparer l’argent que vous mettez de côté, au travers de votre plan d’épargne, de celui que vous utilisez au quotidien sur votre compte-courant. De cette façon, vous ne serez pas tenté d’utiliser les sommes épargnés pour des « petits extra ».

Une fois que ce système sera en place et clairement établit, vous pourrez alors vous attelez à deux objectifs vous permettant de maximiser le système :

  • Améliorer le rendement et la performance de votre épargne en choisissant des types de placements ou d’investissements appropriés.

  • Augmenter peu à peu votre taux d’épargne, l’idéal étant d’atteindre un taux de 20 à 50 % de votre salaire. Attention cependant à ne pas tomber dans l’excès et de vous empêcher de vivre correctement. Le taux d’épargne reste un indicateur et non une règle, de ce fait il possède également ces propres limites (voir à ce propos l’article comment se payer en premier).

La capacité d’investissement

En soi, il existe peu de différences entre la capacité d’épargne et la capacité d’investissement. En effet, comme nous allons le voir, il s’agit plus d’une séparation stratégique liées aux différentes allocations possibles de votre argent, que d’une véritable distinction technique au sein de votre budget.

Capacité d’investissement définition

La capacité d’investissement est, tout simplement, la part de votre épargne qui sera allouée à des placements dont les rendements seront bien supérieurs à l’épargne classique.

Pour bien comprendre cette subtilité, il faut avant tout comprendre la différence entre épargner et investir . Pour faire simple, épargner c’est mettre de l’argent de côté (même si c’est sous le matelas), alors qu’ investir c’est dépenser une somme d’argent avec l’espérance d’un gain futur supérieur.

Pour vous donner une image plus parlante, lorsque vous mettez de l’argent dans une tirelire, vous épargnez. Lorsque vous achetez un bien immobilier pour le louer ou pour le revendre plus cher, vous investissez.

Intrinsèquement, l’investissement est lié à la notion de risque . En effet, il existe une règle dans le domaine financier qui veut que plus les risques sont importants, plus les possibilités de gains sont grandes. Et lorsqu’on parle de risques, il s’agit bien de celui de perdre une partie ou la totalité de l’argent que vous avez investi !

Calculer sa capacité d’investissement

À partir du moment où vous avez calculé votre capacité d’épargne ainsi que votre taux d’épargne, calculer votre capacité d’investissement est assez simple. En fait, il s’agit plus d’un choix que d’un véritable calcul.

Effectivement, à ce stade, la seule chose qu’il vous reste à faire est de déterminer, le montant ou la part de votre capacité d’épargne que vous allouez à vos investissements. Ce montant deviendra alors votre taux d’investissement.

Durant les premières années de développement de votre patrimoine, votre capacité d’investissement sera, au maximum, égale à votre capacité d’épargne. Et, oui, cette dernière correspondant à ce que vous êtes capable de mettre de côté : vous ne pouvez donc pas investir plus d’argent que ce que vous réussissez à épargner !

Durant ce laps de temps, la capacité d’investissement ne sera donc qu’une part de votre épargne, avec, dans le cas maximal, une capacité d’investissement strictement égal à votre capacité d’épargne. Ce n’est que lorsque vos, investissements commenceront à vous rapporter que votre capacité d’investissement pourra dépasser votre propre capacité d’épargne.

En attendant, c’est à vous de déterminer la part de votre épargne que vous allouez à l’investissement. Vous pouvez, par exemple séparer l’argent que vous mettez de côté chaque mois avec la moitié sur un livret – afin de vous constituer une épargne de précaution utilisable en cas d’imprévus – et l’autre moitié sur un Compte Titres afin d’acheter des valeurs boursières dont la rentabilité sera bien plus grande.

La capacité d’emprunt

La capacité d’emprunt est un concept qui va dépendre du point de vue selon lequel on se place. En effet, elle sera calculée de façon différente si l’on se place du point de vue des établissements bancaires ou si l’on se place du point de vue de l’ emprunteur.

La capacité d’emprunt c’est quoi ?

Du point de vue des banques, la capacité d’emprunt – ou capacité d’endettement – est un ratio permettant de savoir jusqu’à quelle hauteur du montant de vos revenus vous pouvez vous endetter.

Si l’on se place du côté de celui qui emprunte, la capacité d’emprunt est essentiellement un transfert de votre capacité d’investissement… du moins si votre projet est bien d’investir ! La différence entre les deux façons de voir, pourra éventuellement vous assurer une marge de sécurité sur votre budget et éviter les fins de mois difficiles !

La différence se situe, comme nous allons le voir dans la façon dont l’un et l’autre vont calculer votre endettement possible.

Comment calculer sa capacité d’emprunt

En fonction du point de vue selon lequel on se place, le calcul de la capacité d’emprunt ne sera pas exactement le même.

Du côté bancaire, l’opération se fait en tenant comptes uniquement de vos revenus et des charges fixes. Les frais courants de vie quotidienne, les impôts ou même le revenu de votre épargne, ne sont, en général, pas pris en compte dans le calcul. En fonction de la durée de remboursement et des frais lié à l’emprunt une banque ou un établissement de crédit calculera alors, sur ces bases, la somme totale qu’elle est prête à vous « prêter ».

Si vous souhaitez obtenir une idée de votre capacité d’emprunt, le plus simple est de faire appel à un simulateur de crédit immobilier. Rendez-vous sur le site la banque où vous avez déjà votre propre compte bancaire et faite une simulation.

De votre point de vue, calculer sa capacité d’emprunt consiste, essentiellement à considérer que votre capacité d’épargne mensuelle, votre capacité d’investissement mensuel, voire les deux à la fois représentera la somme maximale que vous pouvez utiliser chaque mois afin de rembourser un éventuel emprunt.

En d’autres termes, une banque calculera la somme qu’elle peut vous prêter, alors que vous, vous calculerez ce que vous pouvez rembourser chaque mois.

Vous êtes largué ? Pas de panique, vous allez comprendre avec l’exemple suivant visant à synthétiser les trois concepts.



Épargne, investissement et capacité d’autofinancement

Imaginons, que vous avez un salaire d’environ 1800 €. Comme vous êtes un assidu de 1,2,3… Richesse, vous avez mis en place un plan d’action financier avec un taux d’épargne totale de 25 % de votre salaire. À ce stade, votre capacité d’épargne est donc de 450 € par mois.

Une fois une bonne épargne de précaution mise en place, vous décidez d’orienter la majeure partie de l’argent que vous mettez de côté vers l’investissement. 400 € seront donc désormais destinés à cet objectif, tandis que les 50 € restant continueront à accroître votre épargne.

À ce stade, votre capacité d’investissement est donc de 400 € par mois, auquel s’ajoute une épargne sécuritaire de 50 € par mois.

Admettons, maintenant que vous vouliez investir dans l’immobilier. Que se soit pour acheter votre résidence principale, ou dans le dessein de louer, vous décidez de passer par un crédit immobilier et vous estimez que vous pourriez allouer la totalité de votre capacité d’investissement mensuel au remboursement dudit crédit (donc 400 € par mois).

Vous envisagez un endettement sur 20 ans. De ce fait, votre capacité d’emprunt sera, pour vous, de 96 000 € – (400 € X 12 mois) X 20 ans – et vous cherchez donc un bien qui correspondent à ce montant-là.

De son côté, la banque, au vue de votre situation, calculera un taux d’endettement maximal de 33 % de votre revenu, soit 594 € par mois. Pour elle et pour une durée de 20 ans, votre capacité d’emprunt sera alors de 142 560 €. Elle vous proposera alors un prêt immobilier maximum correspondant à ce montant-là.

Même si j’ai simplifié, à l’extrême l’exemple, vous constaterez par vous-mêmes que vous vous retrouvez face à deux approches possibles. Si vous vous en tenez à votre point de vue, vous achèterez sans doute un bien d’une valeur moindre, mais votre niveau de vie ne changera absolument pas !

A contrario, si vous adoptez le point de vue bancaire, votre capacité d’emprunt sera plus importante mais vous serez alors obligé d’adapter votre budget pour répondre aux exigences de remboursement. Tout dépendra alors de vos propres ambitions, de vos choix et de votre propre stratégie. Dans tous les cas, vous saurez exactement où vous allez.

Quelle est votre capacité d’épargne mensuelle ?

Revenons à notre Mr Money Mustache qui nous a servi de point de départ pour comprendre les différents aspects de la capacité d’épargne, d’investissement et d’emprunt. Maintenant que vous avez saisi la profondeur de ces différents concepts, vous êtes à même de comprendre que le système de Peter Adeney, consistant à mettre la moitié de son salaire de côté pendant 10 ans ne vous assurera pas un retraite confortable pour le restant de vos jours !

En effet, même si vous arrivez à ce petit exploit, d’autres facteurs seront à prendre à compte. Le niveau de vie espéré et le montant de votre salaire de départ seront, déjà, des éléments restrictifs pour tout a chacun. En effet, une personne ayant un salaire proche ou égal au Smig, risque de ne pas aller bien loin, même en réussissant à mettre de l’argent de côté pendant 10 longues années.

Par ailleurs, le rendement de votre épargne aura un impact prépondérant sur la possibilité de vivre de vos rentes jusqu’à la fin de vos jours. Il vous faudra obtenir, au minimum, en 7 et 10 % de rentabilité avec, au minimum 150 000 € de patrimoine financier pour obtenir la possibilité de vivre sans trop toucher à votre capital. Et ce type de rendement, il est évident que ce n’est pas un Livret A qui vous le fournira ! ! !

Donc pas de recette miracle, bien sur, même s’il reste évident que la capacité d’épargne est l’un des éléments prépondérant – si ce n’est l’élément prépondérant – de votre construction financière. En fait, c’est le moteur de construction de votre patrimoine que vous devez privilégier avant tout. Si vous démarrer à peine votre démarche patrimoniale, c’est bien cette capacité d’épargne que vous devez établir le plus rapidement en place dès que vous avez mis en place et équilibré votre Gestion du budget.

Donnez vous pour objectif d’atteindre un taux d’épargne d’au moins 20 %. La raison en est simple : accumuler, au fil du temps une grosse somme par le biais de petits virements répétés, en y appliquant un taux d’intérêt d’au moins 4 % vous permettra de générer beaucoup d’argent !

Alors, qu’attendez-vous ?

Vous avez un commentaire à faire sur cet article, des précisions à apporter ou un point de vue différents ? La zone commentaire, ci-dessous, est faite pour vous. Parallèlement, n’hésitez pas à partager, grâce aux boutons correspondants, l’article sur les différents réseaux sociaux. Ce petit geste contribuera à nous aider à faire connaître le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une
IGraal. Qu'est ce que igraal ?
facturer sans entreprise. Facturer sans SIRET. Calculatrice et ordinateur portable.
Comment mettre de l'argent de coté facilement. Des engrenages
Gagner plus. Les 4 piliers de l’indépendance financière. Des colonnades.
Économiser son argent. Tirelire ouverte remplit d'argent.